Coronavirus et LME

Ces informations étaient les informations les plus à jour en octobre 2020. Veuillez consulter le site Web des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) pour obtenir des informations récentes et actualisées : https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-nCoV/index.html)

Un nouveau virus a été découvert en 2019. Puisqu'il est unique et n'existait pas auparavant, on l'appelle un nouveau virus. Cette souche virale spécifique, bien que nouvelle, appartient à une famille de virus appelée SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère). En février 2003, le SRAS-CoV (Virus Corona associé au syndrome respiratoire aigu sévère) s'est propagé dans le monde entier. Il est devenu plus tard connu sous la version abrégée SRAS.

Le nom donné à ce virus 2019 est Corona car lorsque vous voyez le virus au microscope, sa surface hérissée ressemble aux épines d'une couronne (corona en latin). Le nom COVID-19 est la version abrégée de COrona (CO) VIrus (VI) Disease (D) découvert en 2019 ou COVID-19. Puisqu'il s'agit d'un nouveau virus, son fonctionnement exact est inconnu. On en apprend chaque jour plus à son sujet.

Bien que nous en sachions peu sur ce virus spécifique, nous possédons certains éléments sur les virus en général. Un virus a un but dans sa vie : survivre. Il va se multiplier et muter (modifier sa structure) pour continuer à vivre. Il change de forme pour rester en vie. Par conséquent, les virus peuvent être difficiles à traiter. Les personnes qui ont un virus sont contagieuses parce que ce virus veut se propager pour rester en vie.

Les virus se comportent d'une certaine manière. Ils sont extrêmement petits, ce qui facilite leur entrée dans les cellules du corps. Un virus n'est pas une cellule, mais une protéine entourée d'une peau externe hérissée appelée enveloppe. Une fois à l'intérieur d'une cellule du corps, le virus remplacera le matériel de duplication cellulaire naturel par son propre matériel. La cellule ne se reproduit plus mais reproduit le virus. Il peut ensuite voyager dans tout le corps afin que le virus puisse se propager facilement et rapidement en nous.

Contrairement aux virus, les bactéries sont beaucoup plus grosses. Elles vivent sur les surfaces du corps ou à l'intérieur du corps. Les bactéries se reproduisent elles-mêmes. Elles restent généralement au même endroit. Ce n'est que lorsqu'elles se multiplient considérablement qu'elles se propagent à d'autres zones, généralement en pénétrant dans les cellules ou dans la circulation sanguine. Les bactéries ne remplacent pas le mécanisme de réplication des cellules. Les bactéries ont une paroi cellulaire et peuvent survivre et se reproduire par elles-mêmes. Elles ont même une petite queue qui les aide à se propulser.

Parce que les virus pénètrent et envahissent les cellules du corps, il existe peu de traitements contre eux. Les bactéries sont davantage des « habitants de la surface » des cellules. Cette distinction est ce qui permet de traiter les bactéries avec des antibiotiques créés en laboratoire. Il n'y a pas de remède contre les virus, mais des vaccins peuvent être développés qui détruisent le virus dans le corps ou bien empêchent le virus d'entrer dans la cellule.

Le virus COVID-19 se propage rapidement. Il se transmet de personne à personne par les gouttelettes de votre système respiratoire, par la toux et la salive d'une personne infectée qui pénètrent dans les muqueuses d'une autre personne. Les muqueuses sont des ouvertures humides telles que les yeux, les narines, la bouche, les organes génitaux ou le rectum. Il peut flotter dans les courants d'air pour passer d'une personne à une autre, vivre sur des surfaces qui sont ensuite touchées, se propager par contact direct, par le toucher, les baisers, par tout autre contact physique, ou par d'autres méthodes qui restent à découvrir.

Les virus mutent ou changent. Ils le font pour s'adapter aux menaces qui pèsent sur leur existence. Il existe de nombreuses souches du virus COVID-19. Beaucoup d'autres se développeront à mesure que les traitements et les vaccins seront mis en œuvre.

Lorsque vous rentrez en contact avec la gouttelette contaminée en inspirant ou lorsque vous touchez le virus par une muqueuse, le virus pénètre dans votre corps. Les personnes qui contractent le COVID-19 peuvent présenter des versions très différentes de la maladie. Certaines personnes sont asymptomatiques (ne présentent aucun symptôme), d'autres sont symptomatiques non sévères (ils peuvent gérer leurs symptômes à domicile) et d'autres présentent des formes respiratoires et systémiques sévères (une hospitalisation ou un traitement en soins intensifs est nécessaire). On estime que 80 % des personnes atteintes de COVID-19 se rétablissent sans soins médicaux avancés.

Que se passe-t-il quand le virus du COVID-19 pénètre dans votre corps ?

Les muqueuses, les surfaces humides des orifices du corps fourniront une porte d’entrée au COVID-19. Si une gouttelette de COVID-19 pénètre dans votre corps par le système respiratoire cela joue en sa faveur, car il existe de nombreux récepteurs ACE-2 (enzyme de conversion de l'angiotensine 2) sur les cellules. Les récepteurs ACE-2 sont des protéines qui permettent au COVID-19 d'accéder facilement à vos cellules. La « spicule » du virus COVID-19 se fixe au récepteur ACE-2 et pénètre dans la cellule du corps. Il existe de nombreux récepteurs ACE-2 au plus profond de vos poumons, c'est pourquoi COVID-19 affecte si sévèrement la respiration. Il existe également des récepteurs ACE-2 ailleurs dans le corps, notamment les artères, le cœur, les reins et les intestins.

COVID-19 affecte le corps en activant le système immunitaire qui est contrôlé par le système nerveux autonome (SNA). Le système immunitaire est la partie du corps qui réagit aux bactéries, virus, parasites et champignons. Les virus sont perçus par le système immunitaire du corps à travers des substances qui combattent les infections, notamment les globules blancs, et les cytokines, de petites protéines naturelles qui circulent dans le sang et empêchent les virus de pénétrer dans les cellules du corps. Ils signalent au cerveau via le SNA la présence d'un envahisseur ou d'un agent pathogène.

Le SNA ordonne au corps de produire des anticorps naturels qui sont des protéines produites par les globules blancs pour capturer et débarrasser le corps des agents pathogènes lorsqu'ils sont détectés. Les anticorps naturels sont fabriqués par votre corps. Souvent, ce boost supplémentaire d'anticorps est nécessaire pour aider à combattre une infection rapidement et efficacement.

Si le virus se multiplie trop rapidement pour que le SNA l'arrête, l'infection se propage. Le SNA peut être affecté par une lésion de la moelle épinière (SCI) en ralentissant la détection de l'infection ou la capacité à produire des anticorps naturels pour la contrôler. COVID-19 est un virus qui affecte le système respiratoire, mais le virus continuera de se dupliquer dans tout le corps, affectant tous les organes principaux, en particulier si le SNA ne peut pas répondre efficacement ou rapidement. Chez les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière, il existe un risque plus élevé d'entrée par l'urètre ou le rectum pendant les soins personnels.

D'autres parties importantes du système immunitaire sont le système lymphatique et la rate. Le système lymphatique est la principale section d'élimination par le système immunitaire. Les ganglions lymphatiques sont situés dans tout votre corps. Ils piègent tout envahisseur étranger dans le corps et le neutralisent en utilisant des globules blancs, en particulier ceux appelés leucocytes. Les leucocytes sont produits dans votre moelle osseuse. Lorsque vous avez une infection, vous remarquerez peut-être une grosseur à proximité de la zone préoccupante. Il s'agit probablement d'un ganglion lymphatique enflé qui fait ce qu'il doit faire, c'est-à-dire tuer tout ce qui est nocif pour votre corps.

La rate se situe sous les côtes, sous le poumon sur le côté gauche de votre corps. La rate filtre votre sang pour détruire les corps étrangers. Il stocke également les modèles d'anticorps naturels jusqu'à ce qu'ils soient nécessaires. Une fois qu'un agent pathogène a été repéré dans le corps, la rate stocke les informations à utiliser si cet agent pathogène réapparaît.

Avec le COVID-19 comme avec d'autres infections à propagation rapide, il existe un déséquilibre dans le système immunitaire, en particulier un épuisement des cellules T (combattant des agents pathogènes) et une production excessive de cytokines. Cela produit un syndrome de « tempête de cytokines » (CSS) à savoir beaucoup trop de cytokines dans le corps à la fois. Les cytokines agissent pour aider à débarrasser le corps de l'infection, mais dans le CSS, trop de cytokines sont produites et commencent également à détruire les tissus sains. Cette tempête de cytokines se développe dans les cas les plus graves voire mortels de la COVID-19.

Certains effets du COVID-19 dans le corps incluent des changements dans le système respiratoire mais aussi d'autres symptômes : syndrome de tempête de cytokines (CSS), fièvre continue ou intermittente pendant de longues périodes, toux, difficultés respiratoires, courbatures sévères, étourdissements, maux de tête, conscience réduite , maladie cérébrovasculaire aiguë, y compris accident vasculaire cérébral, perte de contrôle des mouvements, convulsions, altérations du système nerveux périphérique (SNP), perte du goût et de l'odorat, caillots sanguins dans les petits vaisseaux ou embolie intestinale, modifications vasculaires dans tout le corps, décoloration des orteils et/ou doigts connue sous le nom d'orteil COVID, et syndrome inflammatoire multi systémique chez les enfants (MIS-C). Ces changements peuvent être temporaires ou avoir des conséquences à long terme.

Symptômes de la COVID-19

Les symptômes de la COVID-19 apparaissent 2 à 14 jours après l'exposition au virus. Vous pouvez être contagieux au COVID-19 avant l'apparition des symptômes ou peut-être même sans jamais avoir de symptômes. La plupart des personnes atteintes de COVID-19 auront une fièvre de 100,5°F. La liste des symptômes du COVID-19 évolue mais comprend :

  • Fièvre ou frissons
  • Toux
  • Essoufflement ou difficulté à respirer
  • Fatigue
  • Douleurs musculaires ou corporelles
  • Maux de tête
  • Perte nouvelle du goût ou de l'odorat
  • Gorge irritée
  • Congestion ou écoulement nasal
  • Nausées ou vomissements
  • Diarrhée

Facteurs de risque face à la COVID-19

Tout le monde a une chance égale de contracter le COVID-19 s'il y est exposé. Il existe des facteurs de risque qui peuvent aggraver l’évolution du virus. Vous pouvez n'avoir aucun facteur de risque et avoir quand même un cas grave. Des personnes présentant de multiples facteurs de risque ont eu des cas bénins. Cependant, les personnes présentant des facteurs de risque ont tendance à avoir des cas plus graves. Les facteurs de risque comprennent :

L'âge : Le risque de contracter la COVID-19 dans les tranches d'âge les plus jeunes est en augmentation. On pense que certains troubles médicaux augmentent le risque chez les enfants, y compris, mais sans s'y limiter : l'obésité, un tableau médical complexe, les troubles génétiques graves, les troubles neurologiques graves, les troubles métaboliques héréditaires, les maladies cardiaques congénitales (depuis la naissance), le diabète, l'asthme et autres maladies pulmonaires chroniques, ainsi qu'une immunosuppression due à une tumeur maligne ou à des médicaments affaiblissant le système immunitaire.

Une complication rare de la COVID-19 chez les enfants est le syndrome inflammatoire multi systémique (MIS-C), une maladie grave qui enflamme diverses parties du corps. Les symptômes du MIS-C incluent la fièvre et certains ou tous les symptômes suivants : douleurs abdominales (intestinales), vomissements, diarrhée, douleurs au cou, éruption cutanée, yeux injectés de sang ou sensation de fatigue supplémentaire. La cause du MIS-C est actuellement inconnue.

Les jeunes adultes peuvent contracter le COVID-19 de la même manière que les individus de tout âge. Ceux qui développent les cas plus graves ont tendance à présenter les facteurs de risque suivants : obésité ou surpoids, asthme, tabagisme, vapotage ou antécédents de tabagisme et/ou de vapotage.

Les personnes âgées de 65 ans et au-delà semblent avoir les cas plus graves et la gravité de la maladie augmente avec l'âge. Ceci est probablement dû à un ralentissement du système immunitaire. Dans le cadre normal du vieillissement, le développement des cellules T qui combattent l'infection devient moins efficace.

Race/ethnicité Génétiquement, les humains sont les mêmes. La race n'affecte pas la COVID-19, cependant, les valeurs culturelles, sociales, économiques, éducatives et spirituelles d'un groupe de personnes peuvent affecter le risque de COVID-19. Les Noirs, les Latinos, les Amérindiens et les Autochtones d'Alaska sont hospitalisés pour la COVID-19 dans une proportion plus élevée que la population générale. La plupart des systèmes de classification continue d'avoir recours à une utilisation archaïque de la race comme différenciation à des fins d'évaluation.

Sexe Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes avec des effets du COVID-19 plus graves. Il existe une variété de raisons suggérées pour cette différence, bien que la variation spécifique au sexe n'ait pas encore été étudiée aux États-Unis. Certaines théories suggèrent que les hommes pourraient être plus touchés en raison de problèmes de santé sous-jacents plus nombreux que les femmes. Les facteurs de risque de maladie cardiaque, d'hypertension artérielle et de maladie du foie ont toujours été plus fréquents chez les hommes, mais sont désormais égaux entre les sexes. Les hommes ont une concentration plus élevée d'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE-2) dans le sang, ce qui facilite l'entrée dans les cellules pour le COVID-19. Les femmes ont un chromosome X plus long qui peut améliorer le système immunitaire. Pour l'instant, ce sont des théories. La raison de cette différence entre les sexes est inconnue.

Affections médicales De nombreuses affections médicales existantes augmentent la gravité de la COVID-19. La plupart de ces affections médicales sont des maladies entraînant une immunosuppression et une inflammation interne du corps. Ces affections comprennent :

  • Cancer
  • Maladie rénale chronique
  • MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique)
  • Maladies cardiaques, telles que l'insuffisance cardiaque, les maladies coronariennes ou les cardiomyopathies
  • État immunodéprimé (système immunitaire affaibli) suite à une greffe d'organe solide
  • Obésité (indice de masse corporelle [IMC] de 30 kg/m2 ou plus mais < 40 kg/m2)
  • Obésité sévère (IMC 40 kg/m2)
  • Drépanocytose
  • Fumer
  • Diabète sucré de type 2
  • Utilisation de certains médicaments
  • Pauvreté et surpeuplement
  • Certaines professions
  • Grossesse

Certaines affections médicales peuvent augmenter la gravité de la COVID-19. Ces troubles sont à l'étude :

  • Asthme (modéré à sévère)
  • Maladie cérébrovasculaire (affecte les vaisseaux sanguins et l'apport sanguin au cerveau)
  • Fibrose kystique
  • Hypertension ou hypertension artérielle
  • État immunodéprimé (système immunitaire affaibli) suite à une greffe de sang ou de moelle osseuse,
  • Déficits immunitaires, VIH, utilisation de corticostéroïdes ou utilisation d'autres médicaments affaiblissant le système immunitaire
  • Conditions neurologiques, telles que la démence (et les lésions de la moelle épinière)
  • Maladie du foie
  • Surpoids (IMC > 25 kg/m2, mais < 30 kg/m2)
  • Grossesse
  • Fibrose pulmonaire (avoir des tissus pulmonaires endommagés ou cicatrisés)
  • Thalassémie (un type de trouble sanguin)
  • Diabète sucré de type 1

Utilisation de certains médicaments Il a été remarqué que certains médicaments pris régulièrement exacerbent la COVID-19. Des informations non documentées indiquent que les suppléments de mélatonine, de vitamine D et de zinc diminuent la gravité et la durée du COVID-19. Le médicament anti-reflux, la famotidine, pris à long terme avant de contracter le COVID-19, semble réduire les symptômes de la COVID-19 et la durée de la maladie. Ces suppléments et médicaments ne doivent pas être pris au hasard car ils peuvent affecter votre corps, atteindre des niveaux toxiques comme la vitamine D et interagir avec d'autres médicaments et aliments. Consultez votre professionnel de la santé avant d'ajouter des médicaments ou des suppléments ou d'en modifier le dosage.

Les médicaments qui aggravent la progression de la COVID-19 n'ont pas encore été identifiés.

Pauvreté et surpeuplement Les personnes qui vivent dans la pauvreté sont moins en mesure d'obtenir des aliments frais et des équipements de protection individuelle pour réduire leur risque de COVID-19. Ils ont moins de possibilités de soins s'ils tombent malades. Souvent, cela conduit à moins de traitement pour les affections sous-jacentes ainsi qu'à des besoins de soins urgents/d'urgence s'ils développent des symptômes. De plus, ils peuvent vivre dans des logements surpeuplés ou avec plusieurs membres de la famille. Ils sont plus susceptibles d'avoir des professions qui nécessitent de travailler dans un environnement en proximité étroite avec d'autres personnes. Ce cadre ainsi que la difficulté à obtenir le matériel nécessaire pour réduire les risques ne favorisent pas une bonne protection contre la maladie.

Certaines professions Les personnes qui doivent travailler dans des conditions surpeuplées ou dans des zones à haute densité courent un risque accru de COVID-19 en raison d'une exposition répétée. Les travailleurs de la santé, les travailleurs essentiels ou tout travail impliquant des contacts étroits avec d'autres personnes augmentent le risque.

Grossesse Les femmes enceintes développent plus souvent la COVID-19 et sont plus souvent admises aux soins intensifs et placées sous ventilation mécanique que les autres femmes. Si la raison qui explique ce phénomène n'est pas claire certaines théories suggèrent que cela pourrait être dû à des troubles sous-jacents liés à un âge maternel plus avancé, à un indice de masse corporelle élevé et à un diabète ou à une hypertension préexistante. L'hypermétabolisme de la grossesse pourrait également être un facteur.

Facteurs de risque face à la COVID-19 pour les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière

Le système nerveux autonome (SNA) est affecté lors des lésions de la moelle épinière par des traumatismes et des affections médicales. Soit le SNA n'envoie pas efficacement le message qu'un virus est présent, soit il n'enclenche pas le système immunitaire pour combattre le virus ou les deux. La réponse lente du SNA peut permettre à toute infection de se multiplier et de se propager rapidement.

L'immunosuppression est une efficacité réduite de la réponse de votre corps aux bactéries et aux virus. Après une lésion de la moelle épinière, votre système immunitaire n'est pas aussi fort. En effet, après une LME, les messages sur les virus et les bactéries peuvent ne pas être transmis au cerveau pour que le corps initie une réponse précoce ou efficace. Les personnes immunodéprimées sont les plus à risque de cas graves de COVID-19.

Au moment d'une maladie ou d'une lésion de la moelle épinière, le processus d'inflammation prend le relais en protégeant le site de la lésion pour essayer de corriger la zone où la moelle épinière est affectée. Il s'agit d'une réaction normale du corps à une lésion. Au fil du temps, le corps continue de fournir du liquide supplémentaire à la zone endommagée de la moelle épinière, du cerveau ou des deux alors qu'il tente de corriger toute blessure. Cela devient alors une inflammation chronique. Le contrôle de l'inflammation chronique est difficile car le corps s'est maintenant adapté à un nouveau mode de fonctionnement.

Les complications secondaires de la lésion de la moelle épinière aggravent encore le risque de COVID-19 et la gravité de la maladie :

Dysfonctionnement du système nerveux autonome : Une lésion de la moelle épinière affecte le SNA. Cela se manifeste par de nombreux problèmes tels que le ralentissement du système cardiovasculaire (pouls lent et pression artérielle basse), une diminution de la réponse vasculaire (hypotension orthostatique, risque accru de caillots sanguins), des problèmes de respiration et de toux, La réponse immunitaire est ralentie.

Le diabète est une complication de la LME, notamment en raison du manque de mouvement dans le corps. Le diabète affecte la réponse immunitaire du corps à toutes les bactéries et virus.

Les maladies cardiaques peuvent résulter d'un manque de mouvement ou d'exercice ainsi que de mauvaises habitudes alimentaires ou peuvent avoir des causes génétiques.

Les infections respiratoires ou urinaires augmentent également le risque de COVID-19. Une mauvaise réponse immunitaire à une infection existante diminue la capacité du corps à combattre une autre infection. Une capacité réduite à tousser ou à nettoyer les débris des poumons permet aux germes de se développer. Les personnes qui utilisent un cathétérisme courent un risque plus élevé que des virus et des bactéries pénètrent dans leur système urinaire stérile.

Les escarres ouvertes sont une autre voie pour que les virus et les bactéries pénètrent dans le corps. Le virus du COVID-19 pénètre dans le corps par les muqueuses. Une blessure ouverte est un lieu d'entrée pour les virus et les bactéries.

La rate est le principal organe du corps qui lutte contre les infections. Si vous souffrez d'une maladie qui affecte votre rate ou si vous avez subi un traumatisme de la rate ou une ablation de la rate, vous avez un risque accru d'infection.

MIS-C pédiatrique

De nombreux enfants ont, tout comme les adultes, des cas beaucoup plus bénins de COVID-19 mais ont quand même besoin de soins médicaux. Si votre enfant est atteint de LME, il souffre d'immunosuppression et un syndrome inflammatoire multi systémique (MIS-C), scénario le plus grave associé à la COVID-19 chez l'enfant, peut survenir. Tous les enfants n'auront pas tous les symptômes. Le diagnostic est posé lorsque certains ou tous ces symptômes sont présents :

  • Fièvre
  • Douleur abdominale
  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Douleur du cou
  • Éruption
  • Yeux injectés de sang
  • Grande fatigue

Cherchez une aide médicale d'urgence si votre enfant développe :

  • une difficulté à respirer
  • une douleur ou une pression dans la poitrine qui ne disparaît pas
  • une nouvelle confusion
  • une Incapacité à se réveiller ou à rester éveillé
  • les lèvres ou le visage bleutés
  • des douleurs abdominales sévères

La période d'incubation chez les enfants peut aller jusqu'à quatre semaines avant l'apparition des symptômes. Votre enfant peut avoir un test COVID-19 positif. Le porteur de COVID-19 peut présenter ou non des symptômes. Vous ne savez peut-être pas comment la maladie a été contractée. Toute personne de votre foyer qui est exposée au monde extérieur ne devrait pas être exposée à votre enfant.

Si votre enfant a été exposé au COVID-19, il doit être isolé et son professionnel de la santé doit être averti. Les mesures de protection doivent être poursuivies en se lavant les mains, en isolant, en pratiquant la distanciation sociale et en réduisant le nombre d'expositions.

Le MIS-C présente bon nombre des mêmes symptômes que la maladie de Kawasaki, de sorte qu'un lien avec le COVID-19 n'est pas toujours établi. Les symptômes de la maladie de Kawasaki sont de la fièvre, des éruptions cutanées, un gonflement des mains et des pieds, une irritation et une rougeur du blanc des yeux, un gonflement des ganglions lymphatiques du cou et une irritation et une inflammation de la bouche, des lèvres et de la gorge. Quelle que soit la maladie, MIS-C ou Kawasaki, votre enfant est extrêmement malade et a besoin de soins médicaux. Ne perdez pas de temps à vous interroger ou à essayer de régler le problème. Appelez les urgences.

Si vous sentez que votre enfant est en danger, appelez les urgences. N'hésitez pas. Le COVID-19 peut se déplacer rapidement dans le corps. Des soins d'urgence sont nécessaires si l'enfant présente ces symptômes : problèmes respiratoires, difficulté à respirer, essoufflement qui affecte la parole ou le mouvement, confusion, vertiges, somnolence, évanouissement, douleur thoracique, rhume, transpiration, couleur pâle, coloration bleue ou peau marbrée. Appelez les urgences.

Est-ce un rhume, une grippe ou la COVID-19 ?

Les symptômes du rhume, de la grippe et de la COVID-19 se chevauchent. Cela peut être assez déroutant. Le tableau, publié par le CDC, peut vous aider à déterminer duquel il s'agit. Vous ne saurez si vous avez la COVID-19 qu'en réalisant un test. Consultez toujours votre professionnel de la santé pour prendre une décision concernant votre santé et vos traitements.

Tests pour la COVID-19

Si vous présentez des symptômes ou avez été à proximité d'une personne atteinte de la COVID-19, vous devez appeler votre médecin. Il vous indiquera où vous pouvez vous faire tester. Sauf en cas d'extrême urgence, les personnes infectées ne doivent pas se rendre dans les bureaux des prestataires de soins de santé ou les hôpitaux pour éviter de transmettre le virus à d'autres. Si vous rencontrez des difficultés à respirer, un état mental diminué ou une autre urgence, vous devez toujours appeler les urgences. Dites-leur que vous suspectez avoir la COVID-19 afin que le personnel d'urgence puisse se prépare, se protéger et vous protéger.

Des kits de test et des sites de test sont disponibles. Le kit de test, qui consiste en un écouvillon nasal profond ou un test de collecte de salive, indiquera si vous avez ou non la COVID-19. Cela peut prendre entre 24 et 72 heures pour obtenir des résultats selon le fournisseur du kit de test et la quantité de tests effectués. Vous devrez vous isoler jusqu'à ce que les résultats de votre test soient connus.

Les tests d'anticorps obtenus grâce à un échantillon de sang peuvent indiquer si vous avez des anticorps contre la COVID-19. Si vous en avez, vous avez probablement eu le virus.

Restez à la maison en auto-isolement si vous êtes malade pour une raison quelconque. Cela évite la propagation du COVID-19 ainsi que d'autres rhumes et grippes. Si vous avez un cas de COVID-19 mais que vous êtes pris en charge à domicile, restez dans votre chambre sans visiteurs. Les soignants peuvent vous aider mais ne s'attardent pas. Si possible, désignez une salle de bain que vous seul utilisez.

Vaccins et Traitements contre la COVID-19

Il existe deux moyens pour que les individus évitent de contracter le COVID-19 ou pour qu'ils soient traités en cas de COVID-19 existant. Les vaccins sont utilisés pour éviter de contracter le virus. Les vaccins empêchent le virus de pénétrer dans les cellules du corps. Les vaccins n'éradiquent pas le virus car il existe encore dans la nature. Des traitements sont en cours de développement pour traiter le virus une fois qu'il est entré dans l'organisme.

Vaccins

Les vaccins sont conçus pour empêcher les virus de pénétrer dans les cellules. Pour cette raison, les vaccins fonctionnent mieux avant qu'un virus ne pénètre dans votre corps. Les vaccins fonctionnent en imitant un virus. Cela permet au système immunitaire de développer des cellules T pour neutraliser le virus avant qu'il ne puisse pénétrer dans les cellules de votre corps. Une mémoire de la cellule T spécifiquement développée pour un virus spécifique est conservée.

Il existe cinq types de vaccins différents. Les vaccins vivants atténués sont une injection d'un virus affaibli qui ne vous rendra pas malade, les vaccins inactivés consistent en un virus mort, les vaccins toxoïdes sont des virus affaiblis, les vaccins sous-unitaires ne contiennent qu'une partie du virus et les vaccins conjugués sont un virus différent mais avec un revêtement similaire au virus cible. Tous stimulent le corps pour créer des effets neutralisants.

À compter d'octobre 2020, le type de vaccin inactivé est le choix le plus probable contre le COVID-19. De nombreuses sociétés pharmaceutiques à travers le monde travaillent au développement d'un vaccin contre le COVID-19. Le vaccin peut nécessiter plusieurs doses pour atteindre son efficacité maximale dans le corps. La fréquence à laquelle le vaccin devra être pris est inconnue.

Réflexions sur les vaccins Au cours de la première pandémie de SRAS dans les années 1970, le vaccin développé était associé à une augmentation de l'incidence de Guillain Barré, une maladie neurologique qui provoque une paralysie, généralement avec une certaine amélioration. Il a été déterminé qu'il y avait un défaut dans la façon dont ce vaccin avait été fabriqué. Le processus de développement des vaccins a depuis longtemps été modifié. Les vaccins actuels sont maintenant cultivés dans des œufs. On vous demandera si vous êtes allergique aux œufs avant de recevoir un vaccin. Consultez votre professionnel de la santé avant de recevoir un vaccin si vous avez des antécédents de Guillain Barré ou une allergie aux œufs.

Des études récentes sur les vaccins montrent que les personnes qui se font vacciner ont moins de risques de développer un syndrome de Guillain-Barré que ceux qui ne se font pas vacciner. Par exemple, votre risque de déclencher un syndrome de Guillain Barré est moindre si vous êtes vacciné contre la grippe et plus grand si vous ne l'êtes pas.

Traitements contre la COVID-19

Les anticorps monoclonaux sont un traitement censé réduire la gravité des symptômes et la durée pendant laquelle un individu est atteint de la COVID-19. Ces anticorps monoclonaux se fixent sur les pointes du coronavirus, ce qui les empêche de pénétrer dans les cellules de votre corps.

Les anticorps naturels créés à partir d'individus qui se sont remis de la COVID-19 sont récoltés à partir de leur plasma sanguin. Ils sont reproduits en laboratoire et répliqués (clonés). Mono signifie « UN » type. Clonal signifie cloné ou dupliqué. Plusieurs anticorps monoclonaux différents peuvent être contenus dans un même traitement.

Les anticorps monoclonaux sont ensuite administrés par intraveineuse à une personne qui a la COVID-19 mais qui est incapable de générer suffisamment d'anticorps naturels par elle-même. Cette technique de traitement est largement utilisée chez les personnes suivant un traitement contre le cancer, avec peu d'effets secondaires. La théorie est que ce sera le même résultat, avec peu d'effets secondaires, pour les personnes atteintes de COVID-19, bien que cette théorie soit actuellement à l'étude.

Les antiviraux sont des médicaments qui empêchent les virus de pénétrer dans les cellules de votre corps. Ils ne détruisent pas le virus mais comme il est empêché d'entrer dans les cellules de votre corps, il ne peut pas se répliquer. Plusieurs entreprises créent des médicaments antiviraux pour traiter la COVID-19. L'efficacité totale n'a pas encore été démontrée. L'hydroxychloroquine et la chloroquine sont des traitements qui sont déconseillés contre le COVID-19 et ne doivent pas être utilisés.

Plasma

Les personnes qui ont eu la COVID-19 et qui vont maintenant bien, ont des anticorps pour ce virus spécifique dans leur système sanguin parce que leur système immunitaire a développé des anticorps naturels. Une transfusion de plasma du donneur peut être perfusée à une personne atteinte de COVID-19 mais qui ne produit pas d'anticorps efficaces ou opportuns. Ce processus a stimulé le système immunitaire des personnes recevant la perfusion.

Autres médicaments pour le traitement de la COVID-19

Heureusement, certains médicaments que prennent les patients pour d'autres affections ont été liés à la diminution de la durée de la COVID-19. Il n'y a aucune étude scientifique de ces médicaments, mais des cas anecdotiques ont été rapportés. Ne commencez pas seul à prendre ces médicaments. Vérifiez avec votre médecin avant de commencer à prendre tout médicament ou complément alimentaire. Tout nouveau médicament ou complément alimentaire peut interférer avec vos médicaments habituels ou provoquer un surdosage toxique.

L'aspirine réduit les risques de caillots sanguins et réduit l'inflammation.

La dexaméthasone est un anti-inflammatoire et réduit probablement les effets inflammatoires de la COVID-19.

L'oxygène est en fait un médicament. Un supplément d'oxygène est fourni à votre corps si vous ne pouvez pas en absorber suffisamment par une respiration normale.

On pense que la mélatonine renforce le système immunitaire en obtenant une bonne nuit de sommeil. Il n'y a pas d'étude pour savoir si cela aide ou non à renforcer votre système immunitaire.

Il a été remarqué que la famotidine prise à long terme pour le reflux gastrique (brûlures d'estomac) avant l'apparition de la COVID-19 peut réduire le besoin de soins en unité de soins intensifs et le nombre de décès. Il n'y a pas de recherche évaluée par des pairs. Il s'agit d'informations anecdotiques.

La vitamine D renforce le système immunitaire, si vous êtes déficient en vitamine D. Ne prenez pas cette vitamine au hasard. Vérifiez auprès de votre professionnel de la santé pour savoir si vous avez une carence en vitamine D. La vitamine D peut être toxique. Il n'a pas d'études prouvant que cela vous rend moins sensible au COVID-19.

Le zinc est soupçonné de raccourcir le temps d'infection mais n'a pas fait l'objet de recherches à cette fin.

Autres traitements

Les traitements fournis aux personnes atteintes de COVID-19 vont des soins à domicile avec des médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour le confort, à l'hospitalisation et aux soins intensifs. Les traitements sont individuels à chaque cas.

Une ventilation mécanique ou une respiration assistée à l'aide d'un respirateur peuvent être nécessaires si l'auto-respiration devient inefficace. Cela peut être temporaire ou à long terme. Les dispositifs d'assistance peuvent être le CPAP, BiPAP ou la ventilation mécanique par la bouche ou par trachéotomie (ouverture chirurgicale).

La dialyse est offerte aux personnes souffrant d'insuffisance rénale. Cela peut être temporaire ou à long terme

Réhabilitation après la COVID-19 dans une LME

De nombreuses personnes atteintes d'une COVID-19 modérée à sévère auront besoin de thérapies de réadaptation à long terme. Les restrictions gouvernementales ont été assouplies pour permettre à ces survivants d'accéder aux soins dans les centres de réadaptation.

Les personnes susceptibles de participer à vos soins sont :

Le physiatre est un médecin spécialisé en réadaptation et en médecine physique. Cette personne travaillera directement avec vous pour obtenir la thérapie et les traitements nécessaires à l'amélioration des soins physiques et psychologiques.

L'interniste ou le médecin généraliste est votre médecin habituel qui suivra vos progrès pour vous ramener à vos soins médicaux de routine.

Le pneumologue est un médecin spécialiste des soins respiratoires qui peut vous aider à respirer par vous-même ou avec un équipement respiratoire supplémentaire, au besoin.

Le thérapeute respiratoire est un professionnel qui suivra votre capacité respiratoire et vous aidera à vous sevrer des appareils respiratoires fonctionnels.

L'infirmière autorisée en réadaptation aide à intégrer de nouvelles techniques pour créer une indépendance dans vos activités de la vie quotidienne (AVQ), les médicaments et les traitements.

Le kinésithérapeute aide au progrès de la motricité globale, y compris le renforcement, l'équilibre et le mouvement.

L'ergothérapeute aide à faire progresser la motricité fine, y compris le renforcement et les activités de la vie quotidienne.

L'orthophoniste vous assistera dans les vocalisations et la déglutition, en particulier après une ventilation mécanique à long terme ou une trachéotomie.

Le psychologue est extrêmement utile pour les personnes qui ont eu des problèmes de santé traumatiques ou chroniques. Cette personne peut vous aider, vous et votre famille, à faire face à la réintégration dans la vie.

L'infirmière en dialyse vous assistera dans la dialyse à long terme ou vous apprendra à effectuer la dialyse à domicile si vous avez des problèmes rénaux.

Le diététicien vous aidera à créer un régime que vous pouvez tolérer avec les nutriments nécessaires pour retrouver votre force et votre santé.

Se protéger du COVID-19

Comme pour toute maladie ou affection, la prévention est un bon début. Pour ceux qui sont immunodéprimés, comme ceux qui souffrent d'une lésion de la moelle épinière ou qui ont des complications secondaires de LME qui augmentent votre risque d'un cas grave de COVID-19, il existe des précautions que vous pouvez prendre pour réduire vos chances de contracter ce virus.

Vaccination

Votre corps doit être protégé des maladies, en particulier des virus, pour les empêcher de pénétrer dans les cellules de votre corps. Avoir une infection, bactérienne ou virale réduira la capacité de votre système immunitaire à combattre le COVID-19. Les infections multiples défient votre système immunitaire.

Les vaccins contre la grippe sont des mesures préventives importantes pour les personnes immunodéprimées. Ceux-ci fournissent à votre corps l'immunité nécessaire pour les souches grippales suspectées chaque année. Vous construisez une immunité contre diverses souches de grippe à chaque vaccin antigrippal. Les vaccins contre la grippe sont administrés une à deux fois par an. Il existe deux versions, l'une est d'une force régulière et l'autre est une version plus forte pour les personnes âgées ou immunodéprimées.

La vaccination contre la pneumonie est essentielle pour fournir une protection contre les bactéries et les virus qui peuvent entraîner une pneumonie, ce qui est courant chez les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière en raison d'une respiration profonde inefficace et d'une toux pour éliminer les débris des poumons. Le vaccin contre la pneumonie est administré tous les 10 ans.

Évitez d'utiliser votre bouche pour une assistance fonctionnelle

De nombreuses personnes atteintes de lésions médullaires de niveau supérieur utilisent leur bouche pour faciliter leurs activités. Vous devrez arrêter de le faire lorsque vous êtes à l'extérieur de votre maison, car la bouche est une porte d'entrée majeure pour que le COVID-19 pénètre dans votre corps.

Porter un masque

L'utilisation d'un masque est nécessaire si vous sortez de votre maison ou de votre jardin personnel. En raison de l'immunosuppression, les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, d'autres maladies chroniques ou présentant des facteurs de risque sont particulièrement vulnérables.

Les enfants de moins de 2 ans ou ceux dont la respiration est compromise ne doivent pas porter de masque afin d'éviter que leur respiration ne soit perturbée. Toute personne dont la respiration est compromise ne devrait pas porter de masque mais devrait se tenir à l'abri et pratiquer la distanciation sociale. Si votre respiration est compromise, le risque qu'un masque restreigne votre flux d'air est grand. La réinspiration de l'air expiré peut entraîner une somnolence et éventuellement la mort. Si vous êtes incapable de reconnaître le manque d'oxygène dû à la somnolence ou incapable d'utiliser vos mains pour retirer le masque, les conséquences sont graves.

Les enfants de plus de deux ans sans respiration compromise doivent porter un masque lorsqu'ils sortent. Les enfants devront être surveillés pour s'assurer qu'ils respirent en toute sécurité, qu'ils maintiennent la position du masque et qu'ils ne l'emmêlent pas autour de leur cou.

Pour porter correctement un masque, votre nez et votre bouche doivent être recouverts de tous les côtés au ras de votre peau. Les masques à plis doivent être portés avec les plis vers le bas. Assurez-vous que les cordelettes ne sont pas trop serrées au point de provoquer une blessure par pression derrière votre oreille ou si serrées qu'elles tirent sur vos oreilles, provoquant une fatigue auditive.

Pour retirer votre masque, détachez les attaches ou les cordelettes autour des oreilles, tout en veillant à tenir uniquement le bord du masque ou à ne toucher qu'à peine l'intérieur du masque. Évitez de toucher l'extérieur du masque car c'est là que les germes peuvent s'être accumulés. Tirez doucement le masque vers le bas, loin de votre bouche et de votre nez. Si le masque est jetable, pliez-le sur lui-même de manière que l'avant du masque soit à l'intérieur et jetez-le de manière appropriée. Emportez un sac avec vous s'il n'y a pas de poubelle, comme lorsque vous montez dans la voiture. Les masques en tissu doivent également être placés dans un sac en plastique jusqu'à ce que vous puissiez les déposer dans la laveuse pour le nettoyage. Les masques en tissu doivent être lavés après chaque utilisation. Les masques jetables doivent être correctement jetés après chaque utilisation.

Lavage des mains et lavage du visage

Des mains propres sont nécessaires au cas où vous toucheriez votre visage, car elles peuvent transporter des germes du COVID-19 et toutes les autres bactéries et virus jusqu'aux principaux points d'entrée de votre corps que ce soit vos yeux, votre nez et votre bouche. Si vous vous sondez, effectuez un programme intestinal ou avez une escarre ouverte, ceux-ci peuvent également être des points d'entrée sensibles.

Assurez-vous de suivre des règles strictes de lavage des mains et pratiquez le avec une grande fréquence et avec enthousiasme ! Se laver les mains est essentiel pour éviter les infections. Avec une lésion de la moelle épinière, le lavage des mains est essentiel non seulement en général, mais aussi lors des soins personnels. Un lavage efficace des mains repose sur trois principes, l'eau chaude courante, le savon et le frottement. Lavez-vous les mains pendant au moins 20 secondes le temps qu'il faut pour chanter Joyeux anniversaire deux fois. Gloria Gaynor a un merveilleuse morceau sur l'air de son tube, I Will Survive, alors qu'elle se lave les mains. Cela rend le lavage des mains beaucoup plus amusant.

Le désinfectant pour les mains fonctionne bien lorsque vous êtes dehors. Le désinfectant pour les mains fonctionne s'il contient 60 % d'alcool selon les directives du CDC. 70 % d'alcool c'est mieux. Vous pouvez faire vos propres lingettes en mettant des serviettes en papier humides et savonneuses dans un sac hermétiquement fermé ou une boîte de conservation des aliments. Vous aurez également besoin d'un essuie-tout humide séparé pour le rinçage et d'essuie-tout secs pour le séchage. Oui, ça fait beaucoup à transporter mais c'est mieux que d'attraper un virus.

En raison de la hauteur de votre fauteuil roulant, vous êtes désavantagé car votre tête est plus basse que la plupart des personnes debout. Cela vous met dans une position vulnérable. Après être sorti ou avoir interagi avec les autres, lavez-vous le visage ainsi que vos mains. N'oubliez pas que votre visage a des muqueuses qui permettent aux virus et aux bactéries d'entrer. Lavez-vous d'abord les mains, puis lavez-vous le visage en commençant par les paupières, puis le reste de votre visage. Utilisez un gant de toilette propre à chaque fois que vous vous lavez le visage. Un écran facial fermé au niveau du front peut être utile pour protéger vos yeux. Un masque doit être porté en plus de l'écran facial.

Lavez ou utilisez des lingettes désinfectantes sur vos roues et jantes avant d'entrer dans votre maison. Lavez ce que vous pouvez, faites rouler le fauteuil vers l'avant ou vers l'arrière et lavez le reste de vos jantes et roues jusqu'à ce que vous ayez tout fait. Faites de même pour les cannes et les déambulateurs. Si vous marchez, utilisez une paire de chaussures spéciale pour sortir dehors et assurez-vous de la laisser ensuite à l'extérieur et de ne pas l'utiliser dans votre maison.

Distanciation sociale

Maintenez une distance d'au moins six pieds avec les autres. Si vous êtes dans une situation où des personnes chantent, crient, applaudissent ou parlent à haute voix, leurs expirations peuvent se déplacer plus loin, vous obligeant à être plus éloigné, par exemple de 12 à 20 pieds ou plus.

Pour ceux qui sont dans une position vulnérable en raison de leur utilisation d'équipements alternatifs pour la mobilité, comme un fauteuil roulant, vous êtes en dessous des gouttelettes respiratoires des autres. La distanciation sociale est très importante pour rester en dehors du champ d'expiration respiratoire des autres. Il s'agit d'un minimum de six pieds de distance. En plus de vous laver les mains, lavez votre visage, les yeux d'abord avec de l'eau tiède et du savon sur votre visage après vos mains.

Évitez les foules. C'est difficile pour tout le monde. Nous aimons être avec les autres. Pensez à d'autres façons de vous rassembler. Les réseaux sociaux vont vraiment jouer un rôle maintenant. N'oubliez pas le téléphone pour un contact vocal. Prenez des nouvelles de vos voisins quels que soient leur âge ou leurs capacités.

Il est bon de sortir dans des zones peu fréquentées. Tout le monde aime prendre le soleil et respirer l'air frais. Il suffit de quelques minutes de soleil pour augmenter la vitamine D dans votre corps. Ne commencez pas à prendre des compléments à moins qu'il ne soit déterminé que vous en avez réellement besoin, car certains, comme la vitamine D, peuvent devenir toxiques. Votre fournisseur de soins de santé peut déterminer vos besoins grâce à des analyses de sang. L'ajout de tout complément alimentaire peut créer une interaction avec votre médicament.

Ce n'est pas parce qu'il existe des opportunités de sortir dans le monde qu'il est obligatoire de les saisir. Vous pouvez choisir de le faire, mais n'oubliez pas d'évaluer les risques par rapport aux avantages. Le risque de sortir avec d'autres est le COVID-19. L'avantage de rester à la maison pendant la pandémie de COVID-19 est la préservation de la santé.

Évitez les personnes qui ont participé à des réunions en grands groupes, qui ont récemment voyagé ou qui ont été exposées au COVID-19 ainsi qu'à d'autres rhumes et grippes. Des directives récentes suggèrent des groupes de moins de 50. Les scientifiques suggèrent des nombres encore plus petits. Certains disent que les rassemblements ne devraient pas dépasser dix. Actuellement, un grand nombre de contaminations au COVID-19 ont lieu à l'intérieur de petits groupes notamment au cours de regroupements familiaux.

Nettoyez les surfaces le COVID-19 se propage principalement par des gouttelettes respiratoires, mais celles-ci tombent et atterrissent sur des surfaces. Gardez les surfaces propres avec des lingettes désinfectantes ou en nettoyant à l'eau et au savon. Cela vaut pour les jantes de fauteuils roulants, les cannes et les déambulateurs, les autres appareils fonctionnels, les poignées de porte et de voiture, les comptoirs, les clés, les mains courantes ou toute autre surface que vous pourriez toucher.

Des gants

Vous pouvez choisir de porter des gants jetables lorsque vous sortez de chez vous. Certaines personnes peuvent utiliser des gants jetables lorsqu'elles poussent leur chaise à l'extérieur. N'oubliez pas de ne pas utiliser votre bouche pour retirer vos gants ou de ne pas vous toucher le visage lorsque vous les portez. Les gants n'empêchent pas le lavage des mains.

Parce que de nombreuses personnes utilisent des gants de manière incorrecte, on pense qu'ils propagent plus de maladies. Les gens ont tendance à penser que le port de gants offre une sécurité, mais cela n'est valable que si vous changez de gants lorsque vous touchez quelque chose. Aussi, rappelez-vous, lorsque vous portez vos gants, de ne pas vous contaminer en vous touchant le visage, tout comme vous ne devez pas toucher votre visage à mains nues. Avec une lésion de la moelle épinière, vous courez également des risques lors du sondage, d'un programme intestinal ou d'une blessure ouverte telle qu'une escarre.

Le processus de retrait rend les gants inefficaces et leur port favorise un faux sentiment d'invincibilité. Si vous choisissez de porter des gants, mettez-les comme vous le feriez avec n'importe quels gants, mais placez vos mains près de votre taille, loin de votre visage.

Lorsque vous retirez vos gants, encore une fois, maintenez vos mains vers votre taille, loin de votre visage. Avec votre main gantée, pincez l'extérieur du gant d'une main près de l'intérieur de votre poignet mais ne touchez pas votre peau, seulement le gant. Tirez le gant vers le bas et retournez-le. Gardez le gant retiré comme une boule dans votre main gantée. Ensuite, avec votre main nue, attrapez le haut du gant restant à l'intérieur du poignet et faites-le glisser doucement vers le bas, en l'écrasant. Le premier gant sera maintenant à l'intérieur du deuxième gant qui est à l'envers, agissant comme un petit sac en plastique pour contenir vos déchets jusqu'à ce que vous puissiez vous en débarrasser correctement. Ne déchirez pas les gants et ne les retirez pas comme une décoration. Il faut contenir les germes à l'abri. Lavez-vous immédiatement les mains ou utilisez un gel hydroalcoolique pour les mains.

Soignants et visiteurs

Tous les visiteurs doivent retirer leurs chaussures près de la porte. En entrant dans votre maison, les soignants ou les visiteurs doivent se laver soigneusement les mains. Les aidants et les visiteurs, surtout ceux qui ne vivent pas avec vous, doivent porter un masque en particulier lorsqu'ils prodiguent des soins.

Un soignant doit se changer et mettre des vêtements propres lorsqu'il entre dans votre maison. Il peut apporter des vêtements fraîchement lavés dans un sac auto-scellant.

Discutez avec votre aidant naturel de sa vie à l'extérieur de votre domicile. Vous devrez peut-être prendre des dispositions différentes s'ils ne sont pas prudents dans leur vie personnelle.

Santé générale

Buvez des liquides en respectant les restrictions de votre programme de vessie ou librement si vous n'avez aucune restriction pour votre vessie ou d'autres problèmes de santé. L'eau est le meilleur fluide car elle hydrate le corps, le maintient en bonne santé et lui permet de bien fonctionner. L'hydratation est toujours importante. En raison des programmes de vessie, il peut être difficile de prendre plus d'eau que ce qui vous est alloué. Ne surchargez pas votre système, mais essayez de prendre juste une gorgée d'eau supplémentaire toutes les heures lorsque vous êtes éveillé. Cela peut créer une augmentation de l'hydratation dont votre corps a besoin sans trop d'effets sur votre programme de vessie.

Adoptez une alimentation bien équilibrée. Cela maintient également votre corps en bonne santé et lui permet de mieux fonctionner. Consultez un diététicien pour vous assurer que vous obtenez les bons nutriments pour vos besoins individuels. Il existe de nombreuses informations sur les effets de l'alimentation sur le système immunitaire. Une alimentation saine et équilibrée est bénéfique pour tout le monde. Les aliments qui peuvent aider à renforcer le système immunitaire comprennent les épinards, le chou frisé frais, la bette à carde, les poivrons, les fraises et les champignons. Ces aliments sous forme congelée ont les mêmes avantages. Il faut du temps pour construire le système immunitaire grâce à l'alimentation. Un repas est un début, mais il faut du temps pour en récolter les bénéfices.

Faites de l'exercice une priorité

Si vous ne faites pas d'exercice, il est maintenant temps de commencer avec l'amplitude des mouvements. Commencez lentement mais progressivement, travaillez jusqu'à trois fois par jour. Discutez avec votre professionnel de santé d'un bon programme d'exercice et assurez-vous que vous êtes prêt à faire de l'exercice.

Exercez votre corps, en particulier la partie dont la fonction a diminué. Votre corps au-dessus et en dessous du niveau de votre blessure a besoin de mouvement. Cela peut renforcer votre système immunitaire, améliorer la circulation, diminuer les contractures (spasmes) et le tonus et améliorer votre bien-être mental. Vous pourriez être en meilleure santé à la sortie de la pandémie qu'au début.

Hygiène du sommeil

Une bonne nuit de sommeil renforce le système immunitaire du corps. Il permet au cerveau et au corps de se reposer et de se purifier. Éteignez la télévision et la musique pour que votre cerveau ne soit pas dérangé. N'utilisez pas d'appareils électroniques dans les deux à quatre heures avant d'aller au lit ou pendant la nuit. Essayez de vous coucher et de vous lever à une heure régulière. Ces habitudes aident à créer un sommeil meilleur et plus réparateur.

Prenez soin de votre santé mentale

Veillez à améliorer ou à entretenir votre bien-être mental. Gardez votre esprit en forme tout en gardant votre corps en forme. Pour cela, élargissez vos horizons et étendez vos activités à la recherche de conseils pour améliorer vos capacités d'adaptation, en particulier lors de la distanciation sociale.

Soyez en contact avec les gens. Parlez aux autres et connectez-vous de nouvelles façons, au téléphone ou par l'ordinateur. La distanciation sociale ne signifie pas l'isolement social.

Si vous trouvez la pandémie éprouvante ou que vous faites face à de la tristesse, de la dépression, un isolement ou face à d'autres situations difficiles, appelez votre fournisseur de soins de santé pour obtenir de l'aide. Vous pouvez également appeler la ligne de prévention du suicide de votre pays (aux États-Unis la National Suicide Prévention Lifeline est au 1-800-273-8255, ou bien Boys Town a une ligne sans frais pour les appelants suicidaires ou en crise par le 866-697-8394 ou vous pouvez envoyer un SMS à Crisis Text Line au 741741).

Protection de votre système respiratoire

La toux aide à garder vos poumons exempts de débris tels que le mucus et les particules qui pénètrent dans les poumons lorsque vous respirez. La toux aide également à empêcher les virus et les bactéries de s'installer dans vos poumons. Cela ne vous empêchera pas complètement de tomber malade, mais cela peut aider à déplacer les débris dans et hors des poumons. Effectuez trois respirations profondes suivies d'une toux au moins quatre fois par jour.

Couvrez vos toux et éternuements à l'aide d'un mouchoir en papier, puis jetez-le immédiatement dans une poubelle. Ne conservez pas les mouchoirs d'une utilisation à l'autre. Lavez-vous les mains ensuite. Sinon, toussez dans l'intérieur de votre coude pour éviter de transmettre des germes aux autres. Lavez-vous les mains ensuite.

Si vous disposez d'un spiromètre incitatif suite à votre séjour à l'hôpital ou en rééducation, c'est le moment de l'utiliser. Ils peuvent être achetés en ligne. Il s'agit d'un dispositif en plastique avec généralement trois balles chacune dans une chambre. Aspirez de l'air dans vos poumons tout en utilisant l'embout buccal pour faire monter les balles dans les chambres. Essayez de maintenir les balles en l'air tout en inspirant. Commencez bas et augmentez votre tolérance. Cela peut aider à raccourcir la grippe et le rhume en gardant vos poumons clairs et sains. Nettoyez quotidiennement l'embout buccal et le tube de votre spiromètre incitatif avec de l'eau et du savon.

Obtenir des provisions

Tout le monde a besoin de provisions. Les services de livraison de produits et de nourriture sont très utiles. Laissez le colis à la porte et rapportez-le après la livraison. Les services au volant (drive) et les ramassages sans contact sont également utiles. Portez votre masque. Lavez-vous les mains ou utilisez un désinfectant pour les mains après avoir touché et retiré tout emballage.

Si vous devez vous rendre au magasin, commencez à l'endroit où se trouvent les lingettes nettoyantes pour chariot. La plupart des magasins vous demandent de récupérer votre chariot, puis de le nettoyer. Une fois que vous avez touché le chariot, vous avez récupéré des germes ! Commencez par les lingettes nettoyantes, essuyez-vous les mains avec, utilisez de nouvelles lingettes pour nettoyer la barre de poussée puis utilisez votre chariot. Si vous avez accès aux essuie-mains à la sortie, essuyez-vous à nouveau les mains en sortant.

Les gants jetables bon marché fonctionnent très bien à l'épicerie lors de la manipulation des produits. Ne vous laissez pas tromper par l'utilisation de gants. Vous ne pouvez pas toucher votre visage même avec des gants.

Comptez sur votre famille et vos amis pour vous aider lorsque vous êtes à l'extérieur de votre maison. Demandez-leur de faire vos courses si possible.

Restez positif et prudent

Il y a certaines choses qui peuvent vous aider à vous adapter à ce changement de vie. Tout d'abord, levez-vous à une heure régulière tous les jours. La plupart des gens le font déjà, mais il est très facile de rester blotti au lit un peu plus longtemps lorsque vous n'avez pas à quitter la maison. Des heures régulières de lever et de coucher aideront votre corps et votre esprit. Cela peut également améliorer votre rythme de sommeil.

Deuxièmement, habillez-vous. Changez de vêtements le matin pour vous signaler que c'est un nouveau jour. De temps en temps, mettez quelque chose de joli, même si vous ne pouvez pas sortir ou que vous choisissez de ne pas sortir.

Troisièmement, faites attention à l'hygiène personnelle. Vous ne sortirez peut-être pas ou ne verrez pas les gens en personne, mais votre santé générale et votre bien-être mental ont tout à gagner d'une bonne hygiène personnelle.

Structurez votre journée

Il existe plusieurs façons d'organiser votre journée. Certaines personnes qui ont l'habitude de sortir tous les jours pour se rendre à des activités ou au travail trouvent qu'être à la maison est comme un long week-end ou des vacances, jusqu'à ce qu'elles réalisent qu'il n'y a pas de date pour un retour à la normale. Il peut devenir facile de ne rien faire, ce qui mènera à l'ennui et augmentera l'anxiété. Créer une nouvelle routine contribuera à une régularité. Ainsi, même s'il est impossible de contrôler le monde extérieur, vous pouvez contrôler vos propres activités personnelles.

Structurez votre journée. Après une lésion de la moelle épinière, certaines structures doivent être mises en place, telles que les soins de la vessie, les programmes intestinaux et les soins de la peau. Vous les avez déjà intégrés à votre journée. Sans un emploi du temps précis, ces activités peuvent être négligées au point où vous oubliez de suivre votre routine de soins, ce qui peut entraîner des complications inutiles. Assurez-vous de vous en tenir à votre routine quotidienne de soins même si les signaux habituels que vous utilisez pour initier l'activité ne sont pas là.

Créez un emploi du temps pour vous-même. Décomposez les tâches en étapes simples à accomplir sur plusieurs jours ou semaines afin de ne pas vous ennuyer ou être dépassé par une seule activité. Lorsque vous êtes accaparé par une seule activité, vous pouvez oublier de vous sonder, de soulager vos escarres ou même de manger à temps. D'un autre côté, les personnes qui sont maintenant chez elles et peuvent choisir quoi faire et quand faire quelque chose ont tendance à manger trop souvent ou à grignoter continuellement. Un calendrier pour votre nouvel environnement peut vous aider.

Pensez aux choses que vous aimeriez accomplir. Il s'agit peut-être de faire quelque chose de nouveau que vous n'aviez pas le temps de faire auparavant. Créez une routine quotidienne qui comprend les soins personnels, le travail ou l'école. Incluez les activités qui vous sont demandées. Ensuite incorporez les activités que vous choisissez. Par exemple, puisque vous ne quittez pas votre domicile, vous constatez que vous avez plus de temps dans la journée comme le temps qu'il vous fallait avant pour vous rendre au travail ou bien vous ne faites pas les courses mais vous commandez en ligne et un voisin fait vos courses. Puisque nous devons rester à l'abri chez nous, nous pouvons avoir plus de temps à devoir nous occuper.

Mettez un peu de fantaisie dans votre journée

Certaines personnes n'aiment pas la structure. Vous pouvez toujours organiser votre journée pour prendre soin de vous sans horaire strict. Vous devrez vous occuper de vous-même, travailler et aller à l'école, mais pendant votre temps libre, choisissez certaines activités que vous aimeriez accomplir. Écrivez-les sur une feuille de papier et mettez-les dans un bol. Vous pouvez les dessiner en cas de besoin et commencer cette tâche. Cela ajoute un élément de nouveauté à la journée. Cette approche sera plus facile à accepter pour ceux qui apprécient une plus grande souplesse.

Incorporez structure et improvisation dans votre journée

Les gens préfèrent généralement un mélange de structure et d'improvisation, alors mélangez les ou alternez entre les deux. Vous n'êtes pas tenu par un ensemble de règles strictes, mais vous devez vivre votre vie. Le plus important est de continuer à travailler sur des tâches ou des objectifs, afin que vous ayez un sentiment d'avoir accompli quelque chose au lieu de simplement faire passer le temps. Avoir une sorte de plan ou de structure peut aider à réduire le stress en période d'incertitude.

Recherche sur la COVID

Les effets de la COVID-19 sont nombreux. Le virus étant nouveau, une étude du gouvernement américain est en cours pour évaluer les effets à long terme. Cette étude s’appelle l’étude d'observation du COVID-19 (CORAL). Il est mené par le National Institutes of Health (NIH) et le National Heart, Blood and Lung Institute (NHLBI). En tant qu'individu souffrant d'une lésion médullaire, si vous contractez le virus COVID-19, vous pouvez choisir de participer à cette étude car il sera essentiel de voir comment les personnes vivant avec une LME sont affectées.

Les efforts de recherche actuels se concentrent sur les vaccinations et les traitements en raison de la gravité de la maladie et de sa propagation rapide. L'étude CORAL aidera à comprendre les effets à long terme. Des rapports non formels indiquent que ceux qui survivent à la COVID-19 peuvent avoir des problèmes de fatigue, d'essoufflement, de douleurs musculaires, de confusion, de maux de tête et d'hallucinations sur le long terme. D'autres problèmes incluent une inflammation cardiaque et une fonte musculaire, une inflammation des poumons, y compris une toux sèche chronique, un essoufflement et des douleurs respiratoires. Certaines personnes auront besoin d'une assistance respiratoire à long terme. Le système nerveux peut être affecté et se manifester par des maux de tête, des étourdissements, des problèmes de concentration et de rappel d'informations. De plus, les caillots sanguins sont un problème.

Les effets à court et à long terme de la COVID-19 sont en cours d'analyse. Des recherches en Chine ont indiqué que les personnes atteintes de COVID-19 ont eu des lésions pulmonaires à long terme entraînant des difficultés respiratoires et une cardiomyopathie (maladie musculaire du cœur) entraînant des arythmies (battements cardiaques irréguliers). De nombreux médicaments et vaccins en sont a des stades variés de la recherche. Les études sur les médicaments suivent trois phases d’essai clinique chez l’homme.

La phase I est directement issue des études de laboratoire (sans l'homme). Il s'agit d'un essai d'un traitement ou d'un vaccin utilisé pour la première fois chez l'homme. C'est pour la sécurité seulement.

Les études de phase II ont passé avec succès le test d'innocuité de la phase I. Un petit nombre d'individus sont utilisés pour évaluer le dosage approprié.

Les études de phase III sont nombreuses. Ces études recherchent les effets indésirables qui pourraient résulter d'une possibilité du traitement ou du vaccin.

Un usage humanitaire est parfois déclaré après les essais de Phase II, rarement après la Phase I, pour des maladies mortelles pour lesquelles il n'y a pas d'autre alternative. Certains des traitements en cours de développement sont destinés aux personnes atteintes de cas graves de COVID-19 en raison du manque d'options de traitement.

Des traitements de la COVID-19 sont développés par de nombreuses entreprises à travers le monde. Certains sont développés spécifiquement pour la COVID-19, d'autres sont des médicaments existants qui sont réutilisés pour traiter la COVID-19. Un exemple est le Favipiravir de Fujifilm Toyama Chemical qui est un antiviral développé pour la prévention et le traitement du virus Ebola. Il est à l'étude pour la COVID-19. Un autre est le protoxyde d'azote inhalé qui est à l'étude car on pense qu'il empêche l'entrée du COVID-19 dans les cellules.

Faits et chiffres

Envoyez-nous vos questions Pour le nombre de cas et de décès dus à la COVID-19 aux États-Unis, consultez le site Web du CDC COVID Data Tracker ou le tableau de bord COVID-19 de Johns Hopkins.

Pour le nombre de cas ou de décès dus à la COVID-19 dans le monde, consultez le tableau de bord COVID-19 de l'Organisation mondiale de la santé.

Le taux de mortalité pour la pneumonie, la grippe et le COVID-19 est de 7,2 %.

Environ 80 % des personnes qui contractent le COVID-19 survivent.

Ressources

Si vous recherchez plus d'informations sur la COVID-19 ou avez une question spécifique, nos spécialistes de l'information sont disponibles les jours ouvrables, du lundi au vendredi, au 800-539-7309 (numéro sans frais aux États-Unis), de 9h à 17h, (heure de l'Est aux États-Unis).

LECTURES SUPPLÉMENTAIRES

Références

Ahn DG, Shin HJ, Kim MH, Lee S, Kim HS, Myoung J, Kim BT, Kim SJ. Current Status of Epidemiology, Diagnosis, Therapeutics, and Vaccines for Novel Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). J Microbiol Biotechnol. 2020 Mar 28;30(3):313-324. doi: 10.4014/jmb.2003.03011. PMID: 32238757.

Baj J, Karakuła-Juchnowicz H, Teresiński G, Buszewicz G, Ciesielka M, Sitarz E, Forma A, Karakuła K, Flieger W, Portincasa P, Maciejewski R. COVID-19: Specific and Non-Specific Clinical Manifestations and Symptoms: The Current State of Knowledge. J Clin Med. 2020 Jun 5;9(6):1753. doi: 10.3390/jcm9061753. PMID: 32516940; PMCID: PMC7356953.

Bilbul M, Paparone P, Kim AM, Mutalik S, Ernst CL. Psychopharmacology of COVID-19. Psychosomatics. 2020 Sep-Oct;61(5):411-427. doi: 10.1016/j.psym.2020.05.006. Epub 2020 May 18. PMID: 32425246; PMCID: PMC7232075.

Chan JF, Yip CC, To KK, Tang TH, Wong SC, Leung KH, Fung AY, Ng AC, Zou Z, Tsoi HW, Choi GK, Tam AR, Cheng VC, Chan KH, Tsang OT, Yuen KY. Improved Molecular Diagnosis of COVID-19 by the Novel, Highly Sensitive and Specific COVID-19-RdRp/Hel Real-Time Reverse Transcription-PCR Assay Validated In Vitro and with Clinical Specimens. J Clin Microbiol. 2020 Apr 23;58(5):e00310-20. doi: 10.1128/JCM.00310-20. PMID: 32132196; PMCID: PMC7180250.

Esakandari H, Nabi-Afjadi M, Fakkari-Afjadi J, Farahmandian N, Miresmaeili SM, Bahreini E. A comprehensive review of COVID-19 characteristics. Biol Proced Online. 2020 Aug 4;22:19. doi: 10.1186/s12575-020-00128-2. PMID: 32774178; PMCID: PMC7402395.

Halpin DMG, Singh D, Hadfield RM. Inhaled corticosteroids and COVID-19: a systematic review and clinical perspective. Eur Respir J. 2020 May 7;55(5):2001009. doi: 10.1183/13993003.01009-2020. PMID: 32341100; PMCID: PMC7236828.

Heneka MT, Golenbock D, Latz E, Morgan D, Brown R. Immediate and long-term consequences of COVID-19 infections for the development of neurological disease. Alzheimers Res Ther. 2020 Jun 4;12(1):69. doi: 10.1186/s13195-020-00640-3. PMID: 32498691; PMCID: PMC7271826.

Huang L, Zhang X, Zhang X, Wei Z, Zhang L, Xu J, Liang P, Xu Y, Zhang C, Xu A. Rapid asymptomatic transmission of COVID-19 during the incubation period demonstrating strong infectivity in a cluster of youngsters aged 16-23 years outside Wuhan and characteristics of young patients with COVID-19: A prospective contact-tracing study. J Infect. 2020 Jun;80(6):e1-e13. doi: 10.1016/j.jinf.2020.03.006. Epub 2020 Apr 10. PMID: 32283156; PMCID: PMC7194554.

Juan J, Gil MM, Rong Z, Zhang Y, Yang H, Poon LC. Effect of coronavirus disease 2019 (COVID-19) on maternal, perinatal and neonatal outcome: systematic review. Ultrasound Obstet Gynecol. 2020 Jul;56(1):15-27. doi: 10.1002/uog.22088. PMID: 32430957; PMCID: PMC7276742.

Kannan S, Shaik Syed Ali P, Sheeza A, Hemalatha K. COVID-19 (Novel Coronavirus 2019) - recent trends. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2020 Feb;24(4):2006-2011. doi: 10.26355/eurrev_202002_20378. PMID: 32141569.

Le Bert N, Tan AT, Kunasegaran K, Tham CYL, Hafezi M, Chia A, Chng MHY, Lin M, Tan N, Linster M, Chia WN, Chen MI, Wang LF, Ooi EE, Kalimuddin S, Tambyah PA, Low JG, Tan YJ, Bertoletti A. SARS-CoV-2-specific T cell immunity in cases of COVID-19 and SARS, and uninfected controls. Nature. 2020 Aug;584(7821):457-462. doi: 10.1038/s41586-020-2550-z. Epub 2020 Jul 15. PMID: 32668444.

Li B, Yang J, Zhao F, Zhi L, Wang X, Liu L, Bi Z, Zhao Y. Prevalence and impact of cardiovascular metabolic diseases on COVID-19 in China. Clin Res Cardiol. 2020 May;109(5):531-538. doi: 10.1007/s00392-020-01626-9. Epub 2020 Mar 11. PMID: 32161990; PMCID: PMC7087935.

Li H, Liu Z, Ge J. Scientific research progress of COVID-19/SARS-CoV-2 in the first five months. J Cell Mol Med. 2020 Jun;24(12):6558-6570. doi: 10.1111/jcmm.15364. Epub 2020 May 7. PMID: 32320516; PMCID: PMC7264656.

Liu H, Wang LL, Zhao SJ, Kwak-Kim J, Mor G, Liao AH. Why are pregnant women susceptible to COVID-19? An immunological viewpoint. J Reprod Immunol. 2020 Jun;139:103122. doi: 10.1016/j.jri.2020.103122. Epub 2020 Mar 19. PMID: 32244166; PMCID: PMC7156163.

Long B, Brady WJ, Koyfman A, Gottlieb M. Cardiovascular complications in COVID-19. Am J Emerg Med. 2020 Jul;38(7):1504-1507. doi: 10.1016/j.ajem.2020.04.048. Epub 2020 Apr 18. PMID: 32317203; PMCID: PMC7165109.

Madjid M, Safavi-Naeini P, Solomon SD, Vardeny O. Potential Effects of Coronaviruses on the Cardiovascular System: A Review. JAMA Cardiol. 2020 Jul 1;5(7):831-840. doi: 10.1001/jamacardio.2020.1286. PMID: 32219363.

Mahmoudi S, Rezaei M, Mansouri N, Marjani M, Mansouri D. Immunologic Features in Coronavirus Disease 2019: Functional Exhaustion of T Cells and Cytokine Storm. J Clin Immunol. 2020;40(7):974-976. doi:10.1007/s10875-020-00824-4.

Muniyappa R, Gubbi S. COVID-19 pandemic, coronaviruses, and diabetes mellitus. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2020 May 1;318(5):E736-E741. doi: 10.1152/ajpendo.00124.2020. Epub 2020 Mar 31. PMID: 32228322; PMCID: PMC7191633.

Pascarella G, Strumia A, Piliego C, Bruno F, Del Buono R, Costa F, Scarlata S, Agrò FE. COVID-19 diagnosis and management: a comprehensive review. J Intern Med. 2020 Aug;288(2):192-206. doi: 10.1111/joim.13091. Epub 2020 May 13. PMID: 32348588; PMCID: PMC7267177.

Sanchis-Gomar F, Lavie CJ, Perez-Quilis C, Henry BM, Lippi G. Angiotensin-Converting Enzyme 2 and Antihypertensives (Angiotensin Receptor Blockers and Angiotensin-Converting Enzyme Inhibitors) in Coronavirus Disease. 2019 Mayo Clin Proc. June 2020;95(6):1222-1230. https://doi.org/10.1016/j.mayocp.2020.03.026

Shanmugaraj B, Siriwattananon K, Wangkanont K, Phoolcharoen W. Perspectives on monoclonal antibody therapy as potential therapeutic intervention for Coronavirus disease-19 (COVID-19). Asian Pac J Allergy Immunol. 2020 Mar;38(1):10-18. doi: 10.12932/AP-200220-0773. PMID: 32134278.

Tang Y, Liu J, Zhang D, Xu Z, Ji J, Wen C. Cytokine Storm in COVID-19: The Current Evidence and Treatment Strategies. Front Immunol. 2020;11:1708. Published 2020 Jul 10. doi:10.3389/fimmu.2020.01708

Tu YF, Chien CS, Yarmishyn AA, Lin YY, Luo YH, Lin YT, Lai WY, Yang DM, Chou SJ, Yang YP, Wang ML, Chiou SH. A Review of SARS-CoV-2 and the Ongoing Clinical Trials. Int J Mol Sci. 2020 Apr 10;21(7):2657. doi: 10.3390/ijms21072657. PMID: 32290293; PMCID: PMC7177898.

Wollina U, Karadağ AS, Rowland-Payne C, Chiriac A, Lotti T. Cutaneous signs in COVID-19 patients: A review. Dermatol Ther. 2020 May 10:e13549. doi: 10.1111/dth.13549. Epub ahead of print. PMID: 32390279; PMCID: PMC7273098.

Zhou Z, Kang H, Li S, Zhao X. Understanding the neurotropic characteristics of SARS-CoV-2: from neurological manifestations of COVID-19 to potential neurotropic mechanisms. J Neurol. 2020 Aug;267(8):2179-2184. doi: 10.1007/s00415-020-09929-7. Epub 2020 May 26. PMID: 32458193; PMCID: PMC7249973.

Zhou MY, Xie XL, Peng YG, Wu MJ, Deng XZ, Wu Y, Xiong LJ, Shang LH. From SARS to COVID-19: What we have learned about children infected with COVID-19. Int J Infect Dis. 2020 Jul;96:710-714. doi: 10.1016/j.ijid.2020.04.090. Epub 2020 May 7. PMID: 32389849; PMCID: PMC7204709.

Téléchargez le Guide des ressources pour la paralysie de la Fondation Reeve
Nous sommes là pour vous aider

Notre équipe de spécialistes de l'information est en mesure de répondre aux demandes et de fournir des informations dans plus de 170 langues.

Veuillez appeler le 800-539-7309

(Pour les appels internationaux, veuillez appelez le 973-467-8270)

Du lundi au vendredi de 09 h à 17 h ET ou envoyez votre question.