Spasticité (tonus)

Il s’agit d’une maladie ou d'une lésion neurologique qui peut affecter de nombreuses fonctions corporelles, y compris les muscles. Les personnes les plus souvent touchées par la spasticité (tonus) sont celles qui ont reçu un diagnostic de lésion médullaire (LME), d'accident vasculaire cérébral, de lésion cérébrale, de paralysie cérébrale ou de sclérose en plaques. D'autres personnes souffrant de problèmes neurologiques peuvent également développer une spasticité (tonus).

Dans le système nerveux, les nerfs sensitifs transmettent des messages de l'intérieur du corps ou de la peau au cerveau. Ces messages indiquent s'il y a un problème, si une bonne chose se produit ou si un ajustement doit être fait. Le cerveau analyse ces informations instantanément. Des messages sont ensuite envoyés pour induire une réponse dans le système moteur. Lorsque le système moteur est atteint par une maladie ou une lésion, une spasticité peut survenir. Le message moteur n'est pas reçu ou mal interprété, ce qui entraîne un raidissement involontaire d'un muscle ou de groupes de muscles.

Si vous avez une lésion soudaine à la moelle épinière ou au cerveau, les nerfs moteurs peuvent être touchés. La spasticité peut se développer à tout moment après une lésion cérébrale. Immédiatement après une lésion de la moelle épinière, votre corps en dessous du niveau de lésion devient flasque ou sans réponse musculaire. Les mouvements musculaires involontaires ou la spasticité (tonus) ne se développent généralement que six semaines après la lésion. Elle peut commencer par une petite contraction ou se développer très rapidement. De nombreuses personnes pourraient confondre ce mouvement involontaire et incontrôlé avec une fonction volontaire.

Si vous avez une lésion de la moelle épinière ou du cerveau due à une maladie, une spasticité (tonus) se développera si la bande motrice dans le cerveau ou si les nerfs moteurs du cerveau, de la moelle épinière ou du corps sont atteints. Seuls les muscles contrôlés par les nerfs moteurs atteints développeront une spasticité (tonicité). La spasticité peut se développer dans une partie de votre corps mais pas dans d'autres zones selon les nerfs moteurs qui sont touchés. La spasticité peut augmenter progressivement à mesure que votre maladie progresse ou peut se développer rapidement. Le rétablissement de votre maladie peut coïncider avec une diminution de la spasticité (tonus).

Il existe différentes formes de spasticité et de contractions musculaires involontaires. Les gens ont tendance à les regrouper sous le terme de spasticité (tonus), mais il existe des différences. Voici les définitions des termes :

Une crampe ou contracture musculaire, peut arriver à toute personne avec ou sans lésion de la moelle épinière ou du cerveau. Il s'agit d'une contraction involontaire et aléatoire d'un muscle n'importe où dans le corps. Il peut s'agir d'une légère contraction autour de l'œil ou d'un nœud soudain dans la jambe. Le plus souvent, des contractures musculaires apparaissent dans les pieds, les mains, les bras, les cuisses, l'abdomen ou dans les muscles entre les côtes. Une contraction des muscles entre les côtes (intercostal) survient généralement après une activité physique intense comme la course à pied. Certaines personnes appellent cela un point de côté. Il existe de nombreuses causes de crampes, notamment la fatigue, le stress, la sous-utilisation ou la surutilisation des muscles, la déshydratation, un faible taux de potassium ou de magnésium. Étirer doucement le muscle résout généralement le problème. Le repos du muscle aide également. Les contractures musculaires disparaissent généralement spontanément. Elles peuvent apparaître en un seul ou plusieurs épisodes. Obtenir un bilan de santé est important si les crampes musculaires deviennent fréquentes.

La spasticité (tonus) est une contraction involontaire d'un ou plusieurs muscles. La spasticité est un terme général qui englobe les spasmes récurrents.

Un spasme est un épisode unique de contraction musculaire involontaire. Après une lésion de la moelle épinière ou une lésion cérébrale, elles sont le résultat d'une lésion d'une section spécifique du système nerveux appelée les motoneurones supérieurs.

L'hypertonie est un muscle au repos qui a tellement de spasticité qu'il est rigide. Le muscle résiste au mouvement en raison de la quantité excessive de spasmes (tonicité). Parfois, l'hypertonie est si forte que le muscle ne peut être étiré manuellement.

Les spécialistes des lésions de la moelle épinière définissent le tonus comme la spasticité et les contractions musculaires involontaires . C'est à cause du terme médical d'hypertonie qui signifie qu’il y a tellement de spasticité que le muscle est rigide. Par conséquent, l'utilisation du mot tonus est une classification des mouvements musculaires intermittents incontrôlés sans rigidité ou des mouvements incontrôlés sans hyperactivité. Le terme de tonus remplace le terme moins médicalisé de spasticité.

Le clonus est une forme de spasticité (tonus) qui a une séquence continue et rythmique. La plupart des gens décriront le mouvement comme ayant un rythme. Le clonus peut généralement être interrompu dans la jambe ou le bras en étirant le muscle spasmé.

Physiologie de la spasticité

La spasticité (tonus) se développe lorsqu'il y a une lésion dans certaines parties du système nerveux. Ces parties sont les motoneurones supérieurs, les réflexes de la moelle épinière et le réflexe d'étirement du muscle atteint.

Contrôle du corps par le système nerveux Les nerfs sensoriels envoient des messages du corps au cerveau. Ces messages sont créés à partir d'informations recueillies par les nerfs sensitifs de la peau et ceux de l'intérieur du corps. Les nerfs sensitifs indiquent si le corps ressent du plaisir, de la détresse ou fonctionne bien. Instantanément, le cerveau répondra pour que le corps s'adapte par des messages envoyés à travers les motoneurones. Les motoneurones reçoivent des messages du cerveau à envoyer au corps. Les motoneurones accélèrent ou ralentissent l'activité à l'intérieur du corps et donnent l'ordre au corps de bouger pour régler le positionnement et le confort. Les motoneurones contrôlent les muscles, les organes internes et les glandes. Les fonctions corporelles et les mouvements sont régulés par les motoneurones.

Le mouvement est contrôlé par les motoneurones Il existe deux types de motoneurones, les motoneurones supérieurs (MNS) et les motoneurones inférieurs (MNI). Bien qu'ils partagent le même nom, motoneurones, il y a plus de différences que de similitudes entre eux. Les MNS proviennent du cerveau, en particulier de la section de la bande motrice. Les MNI proviennent du tronc cérébral ou de la moelle épinière. Les lésions des MNS entraînent une spasticité (tonus).

Le plus souvent, les lésions aux niveaux cervicaux ou thoraciques de la moelle épinière entraînent des modifications du fonctionnement des MNS, ce qui entraîne une spasticité (tonus). Les lésions au niveau des zones lombaires ou sacrées entraînent des modifications de la fonction des MNI donnant des muscles flasques ou des muscles mous. C'est souvent le cas, mais il peut également y avoir des effets mixtes qui sont un résultat combinant les symptômes de lésion MNS (spasticité) et MNI (flaccidité).

Réflexes Il existe quatre types de réflexes dans le corps. Deux de ces systèmes réflexes sont affectés après une LME, une lésion cérébrale et dans d'autres cas de maladies neurologiques qui entraînent une spasticité (tonus). Le contrôle du système moteur dans le corps peut être atteint en cas de lésion des réflexes de la moelle épinière. Vous remarquerez ces réflexes lorsqu'un professionnel de la santé tape sur le genou avec un marteau à réflexes. Le réflexe du genou peut être absent, ou le réflexe du genou sera prolongé ce qui montre la spasticité.

Le réflexe le plus important conduisant à la spasticité est en fait contenu dans le muscle. Chaque muscle a son propre réflexe d'étirement musculaire qui lui permet de s'étirer et de se contracter avec le mouvement. Les muscles nécessitent des mouvements d'étirement/contraction dans le cadre de leur utilisation. Lorsque les muscles ne sont pas déplacés par une utilisation fonctionnelle ou parce que quelqu'un les fait bouger pour vous, le réflexe d'étirement musculaire n'est pas activé. Le muscle devient alors hyperactif de lui-même entraînant une spasticité (tonicité). C'est la manière rudimentaire dont les muscles recherchent le réflexe d'étirement musculaire.

Il existe une variété de facteurs physiologiques touchant la spasticité (tonus). Certains sont connus comme indiqué ci-dessus. Il y a encore d'autres facteurs physiologiques à comprendre.

Symptômes de la spasticité (tonicité)

Apparition Dans les lésions de la moelle épinière résultant d'un traumatisme, la spasticité ne commence qu'environ six semaines après la lésion. Pendant les six premières semaines, les muscles sont flasques. Après six semaines, la spasticité commence. Dans les lésions de la moelle épinière causées par une maladie, la spasticité s'installe généralement au fur et à mesure que la maladie progresse, touchant les nerfs et les muscles. Pour les personnes ayant reçu un diagnostic d'AVC, la spasticité peut commencer immédiatement après la lésion cérébrale ou plus tard. Chez les personnes atteintes d'une lésion cérébrale, la spasticité commence le plus souvent environ une semaine après la lésion. Dans d'autres diagnostics neurologiques, la spasticité se développe généralement à mesure que la maladie progresse.

Les symptômes de la spasticité sont une augmentation du tonus musculaire, des réflexes hyperactifs, des mouvements involontaires, des douleurs, des tiraillements, des spasmes récurrents et un clonus. Si vous présentez une diminution de la sensation dans votre corps, vous ne ressentirez peut-être pas de douleur ou de pincement. Au lieu de cela, votre corps peut réagir avec des épisodes de dysréflexie autonome (DA), une affection où la pression artérielle s'élève en réponse au stimulus de spasticité. Vous trouverez plus d'informations sur la DA ici.

Les complications de la spasticité (tonus) comprennent des difficultés dans les activités de la vie quotidienne telles qu'une diminution des capacités fonctionnelles et des difficultés avec les soins et l'hygiène. Des changements physiques peuvent survenir, tels qu'une posture anormale entraînant parfois des difficultés respiratoires, des contractures (raccourcissement) des muscles et des tendons et des déformations des os et des articulations. Cela peut retarder les progrès de la récupération. La spasticité peut entraver le développement des enfants.

Une augmentation soudaine de la spasticité (tonicité) ou un changement dans votre schéma de spasticité peut être le signe d'une nouvelle complication. La spasticité peut augmenter avec le développement d'une infection des voies urinaires, d'une lésion de pression ou d'autres problèmes en train de se développer. Pour les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière, une spasticité accrue peut être l'un des premiers symptômes d'une hypertrophie du site de la lésion dans la moelle épinière. L'élargissement est un kyste de liquide appelé syrinx.

Diagnostiquer la spasticité (tonus)

Après une lésion du système nerveux résultant d'un traumatisme ou d'un problème médical, il y a souvent des perturbations au niveau des motoneurones et des neurones sensoriels. Parce que le système nerveux est très compliqué, les lésions des nerfs moteurs comme les MNS ou les MNI ne sont pas toujours facilement identifiées . Seul un examen neurologique peut établir si une lésion est sur les MNS ou les MNI ou un mélange des deux. Les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière peuvent avoir un diagnostic de lésion cervicale ou thoracique qui indique généralement une lésion MNS, mais pas toujours. Une lésion cérébrale ou d'autres maladies neurologiques peuvent ou non avoir une composante de lésion MNS. Par exemple, une lésion qui affecte la fonction motrice du visage peut être une lésion MNS. Cependant, si le traumatisme se situe dans les nerfs moteurs du tronc cérébral ou de la moelle épinière ou dans les nerfs périphériques, la lésion peut être classée comme une lésion MNI du visage.

Pour déterminer si une lésion est de type MNS avec spasticité probable (tonus), une évaluation médicale doit être effectuée. Cela comprendra les évaluations médicales suivantes :

Vos antécédents médicaux, y compris les antécédents médicaux de votre famille pour évaluer les facteurs de risque de lésion MNS résultant d'une maladie ou d'une blessure.

Un examen physique.

Un examen complet du système nerveux du corps. Les aspects de l'examen neurologique comprennent : une évaluation de l'état mental ; un examen sensoriel incluant les nerfs crâniens pour la vue, le goût, l'ouïe, l'odorat ainsi que le toucher dans tout le corps, l'équilibre et la position du corps dans l'espace (proprioception) ; examen moteur, évaluant la force, les réflexes et la capacité des groupes musculaires à pousser et à tirer.

Un examen EMG (électromyogramme) qui teste la fonction musculaire en appliquant un léger courant électrique au muscle.

Une ECN (étude de conduction nerveuse) est généralement réalisée avec un EMG. Ce test applique un courant électrique faible à un nerf pour évaluer la fonction du nerf. Le courant électrique peut sembler plus puissant s'il y a une atteinte du nerf ou de l'enveloppe du nerf appelée myéline.

Une IRM ou une tomodensitométrie est utilisée pour inspecter visuellement les nerfs dans le corps.

Dans les lésions de la moelle épinière, une évaluation complète de chaque dermatome est effectuée. Cela fait partie de l'évaluation de l'ASIA (American Spinal Injury Association)/Association Américaine des Lésions de la Moelle Epinière, dont le nom est désormais l'AIS/Association des Lésions de la Moelle Epinière. La feuille de d’évaluation d’ASIA ou AIS peut être consultée ici. Si vous souffrez d'une lésion de la moelle épinière à la suite d'une maladie ou d'une lésion, vous passerez des examens périodiques à l'aide de cette échelle d'évaluation.

Évaluation de la spasticité

Plusieurs mesures sont utilisées pour évaluer la spasticité. La plus courante est l'échelle d'Ashworth modifiée pour les adultes et les enfants. Dans la population pédiatrique, l'échelle de Tardieu modifiée est parfois utilisée. Ces échelles reposent sur une évaluation physique effectuée par un professionnel qualifié. Des dispositifs mécaniques sont en cours de développement pour permettre plus de contrôle et réduire le nombre d'erreurs humaines dans le processus d'évaluation de la spasticité.

Les échelles d'Ashworth et d'Ashworth modifiées sont les mesures de la spasticité (tonus) les plus couramment utilisées. L'échelle Ashworth originale a été développée et est toujours utilisée aujourd'hui. L'échelle d'Ashworth modifiée affine les critères en fournissant plus de détails sur la spasticité. Remarquez que les évaluations ne sont pas limitées à des nombres entiers. Occasionnellement, les professionnels ajouteront un + ou un - à chaque niveau d'évaluation mais ces classifications supplémentaires ne sont pas définies dans les échelles. L'évaluation est réalisée par le mouvement passif d'une extrémité pour évaluer la spasticité.

SCORE

ECHELLE D’ASHWORTH

0

Pas d’augmentation du tonus musculaire

1

Légère augmentation de l'accrochage lorsque le membre est déplacé

2

Augmentation marquée du tonus, membre facilement fléchi

3

Mouvement passif difficile

4

Membre rigide

SCORE

ECHELLE D’ASHWORTH MODIFIÉE

0

Pas d'augmentation du tonus musculaire

1

Légère augmentation du tonus musculaire se manifestant par une sensation d'accrochage ou une résistance minimale en fin d'amplitude du mouvement lorsque la ou les parties affectées sont déplacées en flexion ou en extension

2

Légère augmentation du tonus musculaire, se manifestant par une sensation d'accrochage, suivie d'une résistance minimale sur tout le reste (moins de la moitié) de l'amplitude de mouvement.

3

Augmentation plus marquée du tonus musculaire dans la majeure partie de l'amplitude de mouvement, mais les parties touchées sont facilement déplacées

4

Augmentation considérable du tonus musculaire, le mouvement passif est difficile

5

Partie(s) touchée(s) rigide(s) en flexion ou en extension

L'échelle de Tardieu et l'échelle de Tardieu modifiée peuvent être utilisées dans les évaluations pédiatriques de la spasticité (tonus). L'évaluation de la spasticité est mesurée par l'étirement musculaire à trois vitesses différentes : lente, avec gravité et rapide. La mesure note l'angle lors de « la sensation d'accrochage (ressaut) » pendant le mouvement. L'évaluation est réalisée à la même heure de la journée et avec le même positionnement du corps. Les articulations évaluées sont les épaules, les coudes, les poignets, les hanches, les genoux et les chevilles. La qualité des réactions musculaires est mesurée par :

0 Aucune résistance durant le mouvement passif

1 Légère résistance partout

2 Sensation d'accrochage (ressaut) clair à un angle précis

3 Clonus épuisable (<10 secondes)

4 Clonus inépuisable (>10 secondes)

5 articulation immobile

Certains dispositifs cinématiques plus récents (mesures de masse et de force) ont été développés pour mesurer la spasticité. Ceux-ci peuvent consister en une variété de machines utilisant le placement et le mouvement des membres dans une machine qui contrôle la cohérence du temps et la force du mouvement. D'autres peuvent utiliser des électrodes pour mesurer la fonction musculaire. Ces appareils commencent à se généraliser, mais se trouvent très probablement dans des instituts de recherche ou de plus grands centres de réadaptation physique.

Un goniomètre est un appareil de mesure en plastique utilisé pour évaluer l'angle de mouvement des articulations. Cet appareil évalue l'amplitude de mouvement d'une articulation pour identifier une contracture. Le dispositif est placé contre la peau le long de la zone d'un os au-dessus et de l'os au-dessous de l'articulation. Une mesure du rapporteur indique l'angle de mouvement de l'articulation.

Traitement de la spasticité (tonicité)

Le traitement de la spasticité (tonus) varie en fonction de la gravité et des besoins de l'individu. Tout le monde ne souhaite pas un traitement. Une spasticité légère peut être utilisée au profit de l'individu. Par exemple, certaines personnes utilisent la spasticité (tonicité) pour faciliter leurs transferts. D'autres utilisent le mouvement de spasticité pour réduire le risque de développer des escarres ou des caillots sanguins. La spasticité (tonicité) ne suffit pas à empêcher ces problèmes, mais le mouvement dans le corps aide les individus à obtenir un certain niveau de prévention. Des mouvements de soulagement de la pression et des méthodes de prévention des embolies restent toujours nécessaires.

Lorsque la spasticité (tonicité) entrave les activités de la vie quotidienne ou le sommeil ou qu'elle devient gênante, douloureuse, ou empêche le fonctionnement normal du corps comme la vessie, les intestins, la respiration ou bien qu'elle entrave les mouvements du corps, un traitement est recherché. Les thérapies physiques pour traiter la spasticité (tonus) sont énumérées dans la section suivante. De multiples méthodes sont généralement nécessaires pour traiter efficacement la spasticité (tonus).

Traitements sans ordonnance

Assurer une activité corporelle est un excellent traitement contre la spasticité (tonicité). Cela fournit des signaux au réflexe d'étirement musculaire de chaque muscle. L'exercice permet de bouger les parties du corps touchées par la paralysie. Le Model Systems Knowledge Translation Center fournit des informations sur la façon dont l'exercice devrait être incorporé à votre vie.

La méditation, la distraction et le biofeedback sont utilisés par certaines personnes pour les aider à contrôler l'inconfort lié à la spasticité. Des méthodes qui induisent le calme sont utilisées pour modifier les perceptions d'inconfort.

Traitements sur ordonnance

Médicaments oraux

Les médicaments pris par voie orale sont souvent prescrits pour détendre les muscles du corps. Les médicaments courants pour traiter la spasticité (tonus) comprennent le baclofène (Lioresal), le clonazépam (Klonopin), le dantrolène (Dantrium), le diazépam (Valium) ou la tizanidine (Zanaflex). Trouver le bon médicament et la bonne dose pour vous en tant qu'individu peut nécessiter de multiples changements et des ajustements posologiques.

Les médicaments pris par voie orale affecteront tous les muscles du corps. Certaines personnes n'aiment pas cette sensation. D'autres signalent un « brouillard cérébral » lorsqu'ils prennent des médicaments relaxants musculaires. Le corps s'adapte généralement à ces sensations sur une courte période. Les individus commencent avec la dose la plus faible permettant le contrôle de leur spasticité (tonus). Cependant, la spasticité (tonicité) peut augmenter avec le temps, obligeant une personne à augmenter périodiquement son médicament oral. Le corps aura alors à nouveau besoin de s'adapter au médicament.

De nombreuses personnes ont suivi avec succès un traitement à l'aide de ces médicaments et en sont satisfaites. Cependant, en raison de nouvelles directives en matière de toxicomanie, certaines personnes doivent modifier leur plan de traitement pour explorer d'autres options. Cela peut être perturbant lorsque vous avez un traitement qui fonctionne bien. N'arrêtez pas brusquement de prendre des médicaments oraux pour la spasticité (tonus). Un programme de réduction progressive est nécessaire pour éviter les symptômes liés au sevrage. De plus, s'arrêter soudainement augmentera vos spasmes et les rendra plus difficiles à traiter à l'avenir. Trouver une alternative peut prendre un certain temps. Parfois, les personnes constatent que lorsqu'elles arrêtent progressivement leurs médicaments, la spasticité (tonicité) a disparu et aucun autre traitement n'est nécessaire.

Médicaments injectables

En raison des effets secondaires des médicaments oraux, de nombreuses personnes ont opté pour des traitements injectables. Les médicaments couramment utilisés actuellement sont l'onabotulinumtoxinA (Botox) et l'abobotulinumtoxinA (Dysport). Ces médicaments affaiblissent légèrement le muscle, réduisant sa capacité à se contracter. Le muscle récupère, ce qui oblige à répéter périodiquement ces injections environ tous les six mois. Dans certains cas, le cycle d'injection peut être aussi fréquent que tous les trois mois.

Les traitements injectables restent dans la zone où l'injection est administrée. Il y a de très rares occasions où le médicament injecté s'est déplacé dans d'autres parties du corps. Parce que le médicament reste dans le muscle spasmé traité, les effets secondaires des médicaments oraux sont supprimés. Des médicaments injectables pour le traitement de la spasticité (tonus) ont été utilisés dans les bras, les jambes, la vessie, l'abdomen ainsi que d'autres zones du corps.

Les blocs nerveux sont des médicaments injectés dans la zone où un seul nerf est la source de votre spasticité. Cela peut temporairement ralentir la fonction du nerf, de sorte que la spasticité peut ne pas se produire. Ces injections doivent être répétées pour maintenir la réduction de la spasticité (tonus).

Les blocs nerveux au phénol détruisent le nerf au niveau du muscle, ce qui arrête la spasticité. Aujourd'hui c'est une méthode qui n'est plus aussi souvent utilisée que dans le passé car elle conduit à la destruction du nerf. Ce type d’injection n'est pas répété car le nerf est détruit.

Stimulation Électrique

La stimulation de surface des nerfs peut être obtenue en utilisant un stimulateur nerveux qui transmet des impulsions à travers une ou plusieurs électrode(s) sur la surface de la peau. Cet appareil portable est utilisé pour détendre le muscle et interrompre l'activité de spasticité du nerf. Une unité de stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) est utilisée. Diverses unités et réglages TENS devront être essayés pour voir si un produit permet de réduire votre spasticité (tonus).

Traitements chirurgicaux

Dispositifs implantables

Parfois, la spasticité (tonicité) devient si forte que les médicaments oraux ou injectables ne sont pas en mesure de contrôler les spasmes musculaires. Une pompe implantée chirurgicalement dans l'abdomen est une alternative de niveau supérieur. Cette pompe a un tube qui est relié au canal rachidien. La pompe délivre lentement un médicament réduisant les spasmes, généralement du baclofène, dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) où baigne la moelle épinière. Le médicament est plus lourd que le LCR, il reste donc dans la partie inférieure de la moelle épinière, évitant ainsi les complications respiratoires. Un aimant externe est placé sur la peau pour ajuster le dosage delivré par la pompe ou même varier les doses tout au long de la journée en fonction de votre programme d'activités.

Le médicament délivré par la pompe est administré en quantités plus élevées que ce qui pourrait être pris par voie orale. Le plus souvent, ce traitement est utilisé pour la spasticité dans le bas du corps. Il y a quelques neurochirurgiens qui peuvent placer la pompe plus haut pour aider également à la spasticité du bras. Un pré-test est effectué pour déterminer si la pompe est le bon traitement pour vous.

La pompe doit être remplie à intervalles réguliers. Si la douleur neuropathique est également un problème, une combinaison de médicaments peut être utilisée pour contrôler à la fois la spasticité (tonus) et la douleur neuropathique.

Les implants d'électrostimulation vertébrale sont actuellement utilisés dans le cadre de la recherche. Leur objectif est d'améliorer les résultats fonctionnels, mais les résultats indiquent qu'ils diminuent également la spasticité. Cela peut être dû à une utilisation accrue des muscles ou à une stimulation des nerfs de la moelle épinière.

Chirurgie

Si la spasticité (tonicité) commence à affecter la capacité à étirer un muscle, une libération ou un allongement du tendon peut être effectué lors d'une intervention chirurgicale. Cela implique un effilochement du tendon pour soulager la traction sur le muscle. Après la chirurgie, des plâtres, des attelles ou des appareils orthopédiques sont utilisés pour maintenir le tendon en place jusqu'à ce qu'il soit guéri.

Un type de chirurgie utilisé pour contrôler la spasticité chez les enfants atteints de paralysie cérébrale est la rhizotomie dorsale sélective. Sous anesthésie générale, chaque nerf périphérique de la queue de cheval est évalué pour déterminer quels sont les sources de la spasticité. Une fois identifiées, les fibres nerveuses individuelles (pas le nerf entier) sont déconnectées, laissant intacte la transmission nerveuse fonctionnelle. Un neurochirurgien spécialisé effectue cette opération.

Parce que les traitements de la spasticité (tonus) sont très efficaces, la chirurgie est rarement utilisée pour sectionner un nerf qui est responsable de la spasticité chez un individu. Cependant, dans certains cas difficiles à traiter, ce type de chirurgie reste une option. Actuellement, il n'est vu que chez les personnes qui ont été traitées dans le passé. Le résultat est un muscle flasque.

Thérapie pour la spasticité (tonicité)

Les techniques de physiothérapie sont utilisées dans le cadre du plan de traitement global de la spasticité (tonicité). Ces techniques peuvent être utilisées à la maison.

Un étirement doux de la zone atteinte de spasticité peut fatiguer le muscle afin de relaxer la spasticité (tonus). Les mouvements brusques et saccadés augmentent la spasticité (tonus). Un mouvement doux, lors de l'exécution d'exercices d'amplitude de mouvement, étire le muscle pour l'empêcher de se contracter ou de se raccourcir.

Les plâtres, les attelles et les orthèses sont utilisés pour maintenir les muscles étirés, ce qui évite les contractures ou le raccourcissement du muscle.

Le renforcement musculaire aide à rétablir l'équilibre entre les muscles de poussée et les muscles de traction. Les muscles forts sont moins sensibles à la spasticité.

La position debout sollicite les muscles en faisant passer le poids du corps à travers eux. Cela aide à étirer les muscles, les rendant moins sensibles aux spasmes. Un cadre debout est utilisé pour soutenir le corps en position verticale.

La vibration corps entier est un traitement thérapeutique qui fait osciller doucement et mécaniquement le corps à travers un appareil. On pense que la vibration diminue l'excitation du muscle spastique.

La stimulation électrique peut être utilisée pour interrompre les schémas de spasticité ou pour fatiguer un muscle.

Les thérapies par le froid/la chaleur doivent être utilisées sous la direction d'un thérapeute. Le froid peut temporairement réduire le spasme des muscles tandis que la chaleur peut temporairement détendre le muscle. Ce traitement peut entraîner des complications si vous avez une sensation réduite qui ne vous permet pas de sentir si le traitement endommage votre corps.

L'acupuncture et la méditation ont été utilisées par certaines personnes avec succès pour réduire la spasticité (tonus).

Professionnels de la réadaptation impliqués dans le traitement de la spasticité (tonicité)

Les personnes impliquées dans votre rééducation pour le traitement de la spasticité comprennent :

Le physiatre (un médecin spécialisé en réadaptation physique) ou le fournisseur de soins de santé primaires. Cette personne diagnostiquera et suivra vos progrès dans le traitement de la spasticité. Ils prescriront des thérapies, des médicaments et d'autres traitements selon les besoins requis par votre affection.

Le physiothérapeute fournira des traitements pour la spasticité, y compris le renforcement et les thérapies corporelles majeures.

L'ergothérapeute fournira des traitements pour la spasticité, y compris des traitements dans les zones locales préoccupantes.

L'infirmière en réadaptation vous aidera à comprendre vos options de traitement et elle suivra vos progrès.

Recherche

Les problèmes du système nerveux autonome (SNA) après une lésion de la moelle épinière comprennent entre autres, la spasticité (tonus), la douleur neuropathique et la dysréflexie autonome. Ces trois problèmes sont étudiés conjointement dans le but de trouver un traitement qui les affecte tous positivement. Des études actuelles chez le rat indiquent que la gabapentine, un traitement de la douleur neuropathique, peut également traiter et réduire la spasticité (Rabchevsky, et al. 2010, 2011). Une approche à traitement unique pour contrôler divers problèmes de SNA réduirait le nombre de médicaments requis, diminuerait les interactions médicamenteuses et améliorerait le contrôle de ces problèmes.

Les implants électriques rachidiens sont à l'étude chez les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. L'un des résultats de ces essais cliniques est la réduction de la spasticité (tonus). La façon dont cela fonctionne n'est pas clairement comprise, cependant l'utilisation des nerfs et des muscles tels que produits par l'implant électrique affecte la fonction globale du corps (Elbasiouny, 2010).

Des recherches sont menées pour aider à mieux comprendre la spasticité et à comprendre les traitements et diagnostics existants et à venir. Ce qui est découvert dans un domaine de la neurologie se traduit ensuite par des améliorations pour les personnes atteintes de spasticité résultant d'autres types de diagnostics neurologiques. Vous pouvez trouver plus d'informations sur les essais cliniques portant sur la spasticité sur le site suivant du National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Si vous recherchez des informations sur la recherche portant sur la spasticité, si vous souhaitez faire du bénévolat ou si vous voulez simplement savoir ce qui est étudié, ce site regorge d'informations spécifiques.

Faits et chiffres

On estime que le nombre de personnes atteintes de spasticité (tonus) sont de 500 000 aux États-Unis et de plus de 12 millions dans le monde. Comme il n'y a pas de système central de déclaration de la spasticité, les chiffres ne sont pas clairs. Ces estimations sont nettement inférieures aux chiffres réels.

Les chiffres de la spasticité après un AVC sont insaisissables en raison du nombre de personnes touchées et en raison de rapports incomplets. Pour les personnes ayant subi un AVC (accident vasculaire cérébral), une spasticité est rapportée chez 30 à 80 % des patients. Lorsqu'un AVC a eu lieu, le taux de spasticité un mois après est de 27 %, à trois mois il est de 28 %, à six mois il est se situe entre 23 % à 43 % et à 18 mois il est de 34 %. La spasticité (tonicité) peut se produire dans n'importe quel muscle après un AVC. Il se situe plus souvent dans les muscles fléchisseurs des doigts, du poignet (66 %), du coude (79 %) et de l'épaule (58 %). La spasticité (tonicité) se situe généralement dans les muscles en extension de la jambe. Au niveau de la cheville, il est présent chez 66 % des individus (Kuo, 2018).

La paralysie cérébrale survient dans 1 à 4 naissances sur 1 000. Environ 70 à 76 % ont une paralysie cérébrale de type spastique (CDC, récupéré 2021).

Les personnes atteintes de sclérose en plaques ont un taux de spasticité de 60 à 80 %. (https://www.nationalmssociety.org/ retrieved 2021)

Les personnes atteintes de lésions cérébrales ont un taux de spasticité de 50 %. (https://msktc.org/tbi/factsheets/spasticityrécupéré 2021)

Les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière présentent une spasticité (tonicité) à un taux de 65 à 75 %. Les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière cervicale et thoracique ont une incidence plus élevée de spasticité (MSKTC, récupéré en 2021)

Ressources pour les consommateurs

Si vous cherchez plus d'informations sur la spasticité ou avez une question spécifique, nos spécialistes de l'information sont disponibles les jours ouvrables, du lundi au vendredi, au 800-539-7309 (numéro sans frais aux États-Unis), de 9h à 17h (heure de l'Est aux États-Unis).

Lectures complémentaires

Adams M, Hicks A. Spasticity after spinal cord injury. Spinal Cord 43, 577–586 (2005). https://doi.org/10.1038/sj.sc.3101757

Banky M, Williams G. Tardieu Scale. J Physiother. 2017 Apr;63(2):126. doi: 10.1016/j.jphys.2017.01.002. Epub 2017 Feb 16. PMID: 28325481.

Chou R, Peterson K, Helfand M. Comparative efficacy and safety of skeletal muscle relaxants for spasticity and musculoskeletal conditions: a systematic review. J Pain Symptom Manage. 2004 Aug;28(2):140-75. doi: 10.1016/j.jpainsymman.2004.05.002. PMID: 15276195.

Elbasiouny S M, Moroz D, Bakr M M, Mushahwar V K. (2010). Management of spasticity after spinal cord injury: current techniques and future directions. Neurorehabilitation and neural repair, 24(1), 23–33. https://doi.org/10.1177/1545968309343213

Enslin JMN, Langerak NG, Fieggen AG. The evolution of selective dorsal rhizotomy for the management of spasticity. Neurotherapeutics. 2019 Jan;16(1):3-8. doi: 10.1007/s13311-018-00690-4. PMID: 30460456; PMCID: PMC6361072.

Fernández-Tenorio E, Serrano-Muñoz D, Avendaño-Coy J, Gómez-Soriano J. Transcutaneous electrical nerve stimulation for spasticity: A systematic review. Neurologia. 2019 Sep;34(7):451-460. English, Spanish. doi: 10.1016/j.nrl.2016.06.009. Epub 2016 Jul 26. PMID: 27474366.

Khan F, Amatya B, Bensmail D, Yelnik A. Non-pharmacological interventions for spasticity in adults: An overview of systematic reviews. Ann Phys Rehabil Med. 2019 Jul;62(4):265-273. doi: 10.1016/j.rehab.2017.10.001. Epub 2017 Oct 16. PMID: 29042299.

Kuo, C-L, Hu, GC. Post-stroke spasticity: A review of epidemiology, pathophysiology, and treatments. International Journal of Gerontology, Volume 12, Issue 4, 2018, Pages 280-284, ISSN 1873-9598, https://doi.org/10.1016/j.ijge.2018.05.005.

Lee KC, Carson L, Kinnin E, Patterson V. The Ashworth Scale: A reliable and reproducible method of measuring spasticity. J Neuro Rehab 1989; 3:205–209.

Meseguer-Henarejos AB, Sánchez-Meca J, López-Pina JA, Carles-Hernández R. Inter- and intra-rater reliability of the Modified Ashworth Scale: a systematic review and meta-analysis. Eur J Phys Rehabil Med. 2018 Aug;54(4):576-590. doi: 10.23736/S1973-9087.17.04796-7. Epub 2017 Sep 13. PMID: 28901119.

Mukherjee A, Chakravarty A. Spasticity mechanisms - for the clinician. Front Neurol. 2010;1:149. Published 2010 Dec 17. doi:10.3389/fneur.2010.00149

Picelli A, Santamato A, Chemello E, Cinone N, Cisari C, Gandolfi M, Ranieri M, Smania N, Baricich A. Adjuvant treatments associated with botulinum toxin injection for managing spasticity: An overview of the literature. Ann Phys Rehabil Med. 2019 Jul;62(4):291-296. doi: 10.1016/j.rehab.2018.08.004. Epub 2018 Sep 13. PMID: 30219307.

Sivaramakrishnan A, Solomon JM, Manikandan N. Comparison of transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) and functional electrical stimulation (FES) for spasticity in spinal cord injury - A pilot randomized cross-over trial. J Spinal Cord Med. 2018 Jul;41(4):397-406. doi: 10.1080/10790268.2017.1390930. Epub 2017 Oct 25. PMID: 29067867; PMCID: PMC6055976.

Synnot A, Chau M, Pitt V, O'Connor D, Gruen RL, Wasiak J, Clavisi O, Pattuwage L, Phillips K. Interventions for managing skeletal muscle spasticity following traumatic brain injury. Cochrane Database Syst Rev. 2017 Nov 22;11(11):CD008929. doi: 10.1002/14651858.CD008929.pub2. PMID: 29165784; PMCID: PMC6486165.

Thibaut A, Chatelle C, Ziegler E, Bruno MA, Laureys S, Gosseries O. Spasticity after stroke: physiology, assessment and treatment. Brain Inj. 2013;27(10):1093-105. doi: 10.3109/02699052.2013.804202. Epub 2013 Jul 25. PMID: 23885710.

Trompetto C, Marinelli L, Mori L, Pelosin E, Currà A, Molfetta L, Abbruzzese G. Pathophysiology of spasticity: implications for neurorehabilitation. Biomed Res Int. 2014;2014:354906. doi: 10.1155/2014/354906. Epub 2014 Oct 30. PMID: 25530960; PMCID: PMC4229996.

Rabchevsky AG, Patel SP, Duale H, Lyttle TS, O'Dell CR, Kitzman PH. Gabapentin for spasticity and autonomic dysreflexia after severe spinal cord injury. Spinal Cord. 2011 Jan;49(1):99-105. doi: 10.1038/sc.2010.67. Epub 2010 Jun 1. PMID: 20514053; PMCID: PMC2953609.

Rabchevsky AG, Kitzman PH. Latest approaches for the treatment of spasticity and autonomic dysreflexia in chronic spinal cord injury. Neurotherapeutics. 2011;8(2):274-282. doi:10.1007/s13311-011-0025-5

Téléchargez le Guide des ressources pour la paralysie de la Fondation Reeve
Nous sommes là pour vous aider

Notre équipe de spécialistes de l'information est en mesure de répondre aux demandes et de fournir des informations dans plus de 170 langues.

Veuillez appeler le 800-539-7309

(Pour les appels internationaux, veuillez appelez le 973-467-8270)

Du lundi au vendredi de 09 h à 17 h ET ou envoyez votre question.