Qu’est-ce que la peau ?

La peau est le plus vaste système d’organes vivants du corps. Il couvre tout l’extérieur du corps avec quelques ouvertures pour les yeux, les oreilles, les narines, la bouche, l’urètre, le rectum et le vagin chez les femmes.

La peau est une barrière qui protège l’intérieur du corps du monde extérieur. Il empêche l'entrée d'éléments indésirables telles que la saleté et d’autres matières telles que les bactéries, les virus, les parasites et les champignons. La peau résiste à une pression modérée et nous protège des produits chimiques et des radiations. La peau joue un rôle clé dans la régulation du corps en maintenant la température grâce à l’équilibre des flux sanguins périphériques, de la sueur et des poils du corps. Il synthétise et maintient les niveaux de vitamine D dans le corps.

La peau a également la capacité de ressentir des sensations. Il y a des nerfs dans chaque partie de la peau qui peuvent vous aider à percevoir le monde extérieur : la chaleur, le froid, le toucher et la douleur. Elle peut dire à votre cerveau si quelque chose est inconfortable à l’extérieur de votre corps (la température ambiante ou trop de soleil qui vous brûle), ou à l’intérieur de votre peau, comme une éruption cutanée ou la chair de poule. La peau enverra des signaux si vous avez trop chaud ou trop froid, si quelque chose que vous touchez est trop chaud ou froid ou si quelque chose vous fait mal.

La sensation et les réponses de la peau sont contrôlées par le système nerveux autonome (SNA) ; la partie du système nerveux qui est régulée sans votre contrôle. Le système nerveux autonome est automatique. La peau envoie des messages au cerveau par le biais du système nerveux périphérique (PNS) (les nerfs dans tout le corps) à travers la moelle épinière jusqu’au cerveau. Le cerveau envoie des messages par la moelle épinière au système nerveux périphérique et de retour à la peau. Nous n’avons aucune contrôle sur le système nerveux périphérique. Le cerveau effectue automatiquement la régulation de la peau en fonction des messages envoyés et reçus.

La peau est un organe qui protège le corps et donne des sensations. Il n’a pas de mouvement contrôlé par lui-même. Au contraire, la peau est souple pour permettre le mouvement des os et des muscles qui se trouvent sous la peau. La peau naturelle a une certaine capacité d' « adaptation » et s’adapte à la flexibilité de votre corps.

La peau est composée de deux couches. L’épiderme est la couche externe de la peau. Vous pouvez voir le haut de l’épiderme quand vous regardez votre peau. L’épiderme est une barrière qui protège la couche interne de la peau, le derme. Le derme contient des vaisseaux sanguins, des glandes sudoripares, des glandes sébacées (glandes productrices d’huile pour garder la peau humide), des follicules pileux, des fibres nerveuses et de nombreux petits capillaires sanguins.

Juste en dessous de la peau se trouve le tissu adipeux qui aide à protéger les muscles sous la couche de graisse. Les muscles sont à côté de vos os. Les muscles s’attachent aux os par des ligaments. Dans les graphiques ci-dessous, vous pouvez voir l’épiderme en haut, le derme avec les vaisseaux sanguins, les follicules pileux et les glandes dans la couche suivante. La couche jaune représente le tissu adipeux. La couche rose représente les muscles, le rose plus clair représentant les ligaments. Le blanc est un os.

Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020




Des affections cutanées courantes peuvent survenir chez n’importe quel individu. Les éruptions cutanées ou la dermatite (derme = peau, -ite = inflammation) de tous types et de toutes causes sont extrêmement répandues. Les éruptions cutanées peuvent provenir d’une irritation de la peau causée par l’urine, par les matières fécales, par les lotions ou les onguents, par le savon, par le shampooing, par le pollen, par la sueur ou par quelque chose qui frotte contre la peau. Les éruptions cutanées peuvent également se développer en raison de quelque chose absorbé par le corps comme de la nourriture, des boissons, des médicaments ou des substances inhalées. Une réponse à l’anxiété ou au stress peut également produire une éruption cutanée. Certaines affections cutanées courantes sont :

L’acné apparaît généralement sur le visage ou le dos. Si une intervention chirurgicale est nécessaire sur le dos ou la colonne vertébrale, mais que vous avez une acné sévère, l’acné peut devoir être traitée avant la chirurgie pour éviter une infection interne.

La mycose du pied est un champignon rouge qui démange généralement entre les orteil. Il se produit si vous transpirez ou si vous portez les mêmes chaussures tous les jours sans les aérer. Chez les personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière, un champignon peut apparaître entre les orteils et dans les plis de la peau ailleurs sur le corps.

La dermatite atopique est une éruption cutanée à long terme qui est squameuse et provoque des démangeaisons. L’eczéma est un exemple de dermatite atopique.

Le durillon est une tache de peau épaissie qui se forme généralement à partir de quelque chose qui se frotte à elle, comme une chaussure frottant sur votre talon ; il peut aussi apparaître sur les mains à cause d’activités répétitives comme le fait de pousser un fauteuil roulant ou sur les coudes à force de les appuyer sur les accoudoirs ; il peut aussi être dû au frottement d’un appareil d’assistance sur la peau. Lorsqu'il y a une diminution des mouvements, les durillons peuvent se former parce que la peau n’est pas stimulée ce qui ne permet pas d'éliminer les vieilles cellules de la peau.

La dermatite de contact se développe après que vous avez touché quelque chose ou que quelque chose vous a touché qui provoque une rougeur de la peau, des démangeaisons ou une douleur. L’équipement d’assistance ou de positionnement peut créer une dermatite de contact.

Le cancer peut être bénin ou malin. Un cancer de la peau est rarement mortel. Le cancer de la peau est le carcinome basocellulaire qui se trouve habituellement sur la tête, le cou ou le dos. Le mélanome n’est pas un cancer fréquent de la peau, mais est bien connu en tant que cancer malin. La surexposition au soleil due à une diminution de la couche d’ozone peut entraîner un cancer de la peau. Ne pas protéger votre peau là où vous avez une sensation réduite peut augmenter votre risque de cancer de la peau.

L’érythème fessier ou de l’aine se produit en réponse à l’urine ou aux matières fécales sur la peau. L’utilisation de dispositifs de retenue recouverts de plastique pour les déchets corporels ne permettant pas à l’air de bien circuler crée un environnement propice à la croissance des bactéries que la peau soit souillée ou non. Il se produit chez les adultes et les enfants, en particulier en cas d’utilisation de produits absorbants pour une incontinence, en cas de mauvaise hygiène ou dans les plis de la peau, en particulier en position assise.

Le virus de l’herpès simplex (HSV) comprend le HSV-1, les boutons de fièvre, et le HSV-2, une maladie sexuellement transmissible.

L’herpès zester ou zona est une infection virale provenant d'une varicelle dormante. C’est très douloureux. Une éruption cutanée se développe sur la peau en suivant la voie d’un dermatome (voie d’un nerf dans le corps) trois jours après le début d’une douleur ou d’une démangeaison. Il existe des vaccins qui peuvent réduire l’incidence du zona ou qui réduiront la douleur et la durée de l’épisode.

L’urticaire est une éruption cutanée qui apparaît soudainement à cause d’allergènes ou de causes inconnues.

Le coup de soleil est une brûlure de la peau par la lumière du soleil. En règle générale, la peau devient rouge, ce qui est une brûlure au premier degré. Une éruption cutanée rouge avec des cloques est une brûlure au deuxième degré. Des coups de soleil au troisième et au quatrième degré ont été décrits. Ne pas protéger votre peau là où vous avez une sensibilité diminuée peut augmenter votre risque de coup de soleil.

Le psoriasis est une zone rouge qui démange avec une peau épaissie et des taches argentées. Il peut apparaître n’importe où sur le corps, mais apparaît principalement sur les genoux et les coudes. Certaines personnes atteintes de psoriasis développent une arthrite psoriasique.

La rosacée est une éruption cutanée rouge avec des vaisseaux sanguins visibles qui apparaît sur les joues, le nez, le menton et parfois le front. Elle atteint principalement les femmes d’âge moyen, ayant une peau légèrement pigmentée, mais peut toucher n’importe qui. Elle ne doit pas être confondue avec les changements des vaisseaux sanguins faciaux liés à l’alcoolisme chez les hommes et les femmes.

Transpiration

En raison de problèmes du système nerveux autonome après une lésion de la moelle épinière, le contrôle de la température corporelle est altéré car les messages de régulation ne sont pas communiqués efficacement. La capacité du corps à réguler sa température interne peut être affectée par une lésion de la moelle épinière. Plus la lésion est haute, plus la régulation de la température est affectée par la transpiration.

L’hyperhidrose (HH) ou la transpiration excessive se produit chez certaines personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. L’hyperhidrose peut survenir pour des raisons inconnues, comme le symptôme de dysréflexie autonome ou toute perturbation du système nerveux autonome ou en raison d’une syringomyélie qui est un kyste rempli de liquide plus loin que la lésion, dans la zone de lésion de la moelle épinière. Les médicaments pour traiter la dysréflexie autonome peuvent réduire la transpiration excessive. Le médicament oxybutynine a également été utilisé avec succès.

D’autres personnes atteintes de lésion de la moelle épinière trouvent qu’elles ne peuvent pas transpirer en dessous du niveau de lésion. Cela peut provoquer une surchauffe du corps en raison du manque de capacité à libérer de la sueur, qui est le moyen naturel de refroidissement du corps. Des mesures visant à prévenir la surchauffe doivent être prises. Cela peut inclure l’utilisation de la climatisation, des ventilateurs, des chiffons frais, de l’ombre et de chapeaux à larges bords.

Blessure par friction

Des blessures par frottement et cisaillement peuvent survenir sur la peau. Vous connaissez peut-être ce type de blessure comme une « brûlure de tapis ». Cela se produit lorsque l’épiderme et le derme se séparent, en raison d’une diminution du collagène après une lésion de la moelle épinière. Cela se produit le plus souvent quand vous déplacez le corps ou une partie du corps en le frottant sur une surface plutôt que de le soulever et de le déplacer. Des blessures par frottement et cisaillement peuvent également survenir avec une nouvelle pièce d’équipement adapté qui frotte sur votre peau à plusieurs reprises. Le frottement de la surface ne permet pas à l’épiderme de se déplacer aussi rapidement que le corps, brisant ainsi le lien délicat entre les deux parties de la peau. Soulever son corps quand on le déplace, aidera à éviter les blessures par friction. Des contrôles cutanés fréquents doivent être effectués avec chaque nouvel équipement.

Durillons

Des durillons peuvent se former sur les talons, les mains, les coudes et les genoux en raison du manque de capacité à éliminer les cellules mortes de la peau. Une grande partie du processus d'exfoliation de la peau se produit avec le mouvement du corps contre les vêtements et les chaussures. Si vous êtes incapable de fournir du mouvement à votre peau, les cellules ont tendance à rester sur votre corps, s’accumulant sous la forme d’un durillon. Les durillons sont secs et pas aussi élastiques que la peau. Ils se fissurent facilement ce qui peut provoquer de la douleur si vous avez des sensations ou une dysréflexie autonome si la sensation est diminuée, et peut créer une ouverture qui permet aux bactéries d’entrer.

L’élimination des durillons doit être faite très soigneusement. Soignez un durillon très lentement en trempant la zone dans de l’eau, puis en « tamponnant » la zone avec une serviette ou un gant de toilette. Ne soignez jamais un durillon rapidement ou avec un objet pointu, car la peau sous le durillon est devenue douce et s’ouvrira facilement. Si le durillon est étendu et épais, vous devez discuter du traitement avec un podologue.

Escarre

Après une lésion de la moelle épinière, des changements se produisent dans la peau. Le collagène qui donne sa force à la peau est diminué, tout comme l’apport sanguin à la peau. Il y a aussi une diminution de la taille des muscles due à l’immobilité en même temps qu'une augmentation de la couche de graisse. La perception de la sensation est également diminuée ou absente selon le type de lésion de la moelle épinière. Ces changements peuvent rendre une personne plus vulnérable aux escarres et aux ulcères.

Les changements dans la peau, le flux sanguin, la composition musculaire, la distribution des graisses et la diminution de la sensation due à une lésion de la moelle épinière augmentent les risque d’escarres. En règle générale, les protubérances osseuses du squelette reposent sur le tissu musculaire, qui disperse la pression dans tout le muscle. À mesure que le muscle s’amincit, il est moins capable de disperser la pression. Le tissu adipeux augmente. Quand la pression est ajoutée au tissu adipeux, elle se condense, ce qui crée encore plus de pression sur la zone osseuse. Cette pression provoque un affaissement des vaisseaux sanguins de sorte que la circulation ne peut pas se faire. Plus les vaisseaux sanguins sont petits, comme dans les minuscules capillaires sanguins de la peau, plus l’apport sanguin est diminué rapidement. Si vous aviez des sensations, celles-ci vous signaleraient qu'il faut bouger votre corps pour ouvrir les capillaires avant que des lésions cutanées ne se produisent, mais après une lésion de la moelle épinière, ce signal est diminué ou absent.

Les escarres (lésions de pression) peuvent avoir plusieurs autres noms comme par exemple un ulcère de décubitus. L’escarre commence à l’intérieur, là où vous ne pouvez pas la voir. Le premier signe d’escarre peut être une tache sombre, rouge ou cendrée sur la peau en raison de l’affaissement des vaisseaux sanguins, le plus souvent sur une proéminence osseuse ou une zone cartilagineuse. Une proéminence osseuse se trouve généralement à l’extrémité d’un os où il a une bosse. Par exemple, vous pouvez facilement sentir la bosse de votre menton sous votre peau ou l’os de votre coude ou de votre genou. L’oreille externe et le bout du nez sont constitués de cartilage qui est un tissu flexible mais ferme.

Zones particulièrement sensibles aux escarres










Les images ci-dessus sont présentées avec l’aimable autorisation du Centre régional du nord-ouest sur les lésions de la moelle épinière (http://sci.washington.edu)

L’escarre est évaluée à différents stades selon l'apparence qu'elle a à la surface de la peau. La blessure est probablement beaucoup plus profonde que ce que vous pouvez voir à l’extérieur du corps.

  • Stade I : Une zone pigmentée sur la peau qui peut être douloureuse si vous avez des sensations. La couleur peut varier en fonction du teint de la peau : dans les peaux plus foncées, il peut sembler bleuâtre ou violacé ; dans une peau plus claire, la zone peut apparaître rouge. C’est un signe qu’une escarre est en train de se former. La peau peut être chaude ou fraîche, ferme ou molle. Il peut y avoir un œdème sur le site de pigmentation et au-delà.

Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020




  • Stade II : La peau cloque ou forme une blessure ouverte. L’épiderme (couche supérieure de la peau) peut être ouvert ou ne plus apparaître. La blessure s’étend jusqu’au derme. La zone autour de la blessure peut être rouge et irritée.


Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020




  • Stade III : La peau forme maintenant un trou ouvert et enfoncé, appelé cratère. Il s’étend dans la couche de graisse du corps. Les tissus sous la peau sont endommagés. Vous pourrez peut-être voir la graisse corporelle au fond du cratère. Il peut y avoir des taches d’une substance blanche qui pourraient être une infection ou un tissu en décomposition. Les bords de l’ouverture peuvent être durs, avoir une pigmentation plus claire et être arrondis vers l’intérieur. C’est ce qu’on appelle l’épibole.


Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020



  • Stade IV : L’escarre a atteint l’os. Il peut y avoir une atteinte des muscles et des os, et parfois des tendons et des articulations.


Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020




Deux autres types d’ulcères ne rentrent pas dans l’un des quatre stades.

  • Parmi les lésions « non classables » il y a des lésions qui sont recouvertes d’une peau morte qui est une substance jaune, tannée, verte ou brune appelée escarre. L’escarre rend difficile l’évaluation de la profondeur de la blessure. L’escarre peut avoir besoin d’être enlevée par un professionnel de la santé, mais, en attendant qu'elle soit évaluée par un professionnel de santé, elle empêche les microbes d’entrer dans la blessure (même s’il peut y avoir une infection déjà à l’intérieur de la blessure que l’escarre retient). Il est important de ne pas enlever l’escarre, laissez votre professionnel de santé déterminer le stade de l’ulcère.


Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020




  • Les escarres qui se développent dans les tissus profondément sous la peau sont appelées lésions profondes des tissus. La zone peut être violet foncé ou marron, et il peut y avoir une ampoule remplie de sang sous la peau. Ce type de lésion cutanée peut rapidement devenir une escarre de stade III ou IV.



Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020



Évaluation des escarres

Vous êtes la première ligne de défense de votre peau. Inspecter sa peau à la recherche d’éruptions cutanées, de durillons, de zones ouvertes, de changements de pigmentation, de changements de températures plus fraiches ou plus chaudes, de coupures, de déchirures, de trous ou d’abrasions. En cas de problème avec votre peau qui ne peut pas être simplement traité, il convient de ne pas toucher la zone et d'informer son professionnel de santé.

Le professionnel de santé effectuera un examen physique avec une évaluation complète de la peau. Une attention particulière sera accordée à la zone d’une éventuelle escarre. Des tests sanguins pour évaluer l’infection et l’état de nutrition peuvent être effectués. Si la zone est ouverte, il peut falloir prélever un échantillon dans la zone pour évaluer l’infection présente dans la lésion.

Vous serez interrogé sur vos activités de la vie quotidienne : la façon dont vous effectuez vos transferts et dont vous vous retournez, votre capacité à vous soulever plutôt qu'à traîner votre corps, la fréquence à laquelle vous effectuez des allégements de pression au moment du lever et du coucher. Votre équipement sera évalué pour s’assurer qu’il fournit la dispersion de la pression, le soutien et la protection nécessaires pour l'entretien de votre peau.

Pour certaines escarres dont la profondeur ne peut pas être évaluée, une tomodensitométrie ou une IRM peut être effectuée pour visualiser l’intérieur de la lésion. Ceci est particulièrement important pour évaluer si la blessure a atteint l’os ou si elle est infectée.

Le professionnel de la santé effectuera éventuellement un « test de blanchiment » de la zone de pigmentation pour évaluer le flux sanguin. Ce test peut ne pas être effectué si on est certain qu’il s’agit d’une escarre. Le test de blanchiment ne doit être effectué qu’une seule fois, par un seul professionnel de la santé. Des tests de blanchiment supplémentaires ne modifieront pas les résultats mais créeront d’autres blessures dans la zone. Dans ce test, l’examinateur exerce une pression sur la zone avec un doigt, une seule fois. Cela ajoute de la pression, de sorte qu'il ne faut pas effectuer plusieurs tests. Si le flux sanguin est présent, la zone se videra et se remplira immédiatement de sang (blanchiment). Si le flux sanguin n’est pas présent, il n’y aura pas de changement de couleur de la zone pigmentée.



Utilisé avec l’autorisation du comité consultatif d'experts nationaux des escarres 9 novembre 2020



Un ulcère ouvert doit être faire l'objet d'une évaluation. Cela inclura une évaluation de son emplacement et de sa taille (longueur, largeur, profondeur). Le stade de la blessure sera évalué comme indiqué ci-dessus. La base de l’escarre, si elle est visible, sera évaluée. D’autres caractéristiques sont également notées telles que l'odeur, l'écoulement, la présence de cloques, la desquamation, une nécrose (tissu mort), l'aspect des bords de la blessure, la douleur, une spasticité accrue ou même si une dysréflexie autonome est présente ou augmentée en raison de l’escarre. Une photo confidentielle de la blessure avec des rubans de mesure sera prise. Ces évaluations seront effectuées par votre professionnel de la santé ou votre infirmière autorisée à chaque visite afin de surveiller vos progrès.

Certaines blessures ont des poches ou des sillons qui ne peuvent pas être vus en raison de leur position dans la blessure. Votre professionnel de la santé peut utiliser un coton-tige stérile pour sonder l’ouverture à la recherche de poches ou de sillons qui peuvent cacher des bactéries ou retarder la guérison.

Traitement des escarres

Le traitement des escarres prend du temps. Vous pourriez avoir besoin de l’aide d’une autre personne pour vous habiller ou pour vous aider avec les transferts ou les activités de la vie quotidienne. Il est possible que vous ne puissiez pas travailler ou passer du temps en famille pendant que vos ulcères guérissent.

Si la peau sur l’escarre n’est pas ouverte, le seul traitement est de ne pas toucher la zone. La zone de pigmentation devrait disparaître avec le temps. Si vous remarquez d’abord un changement de pigmentation sur une proéminence osseuse, vous devez éviter toute pression sur la zone jusqu’à ce que la pigmentation revienne à votre couleur de peau habituelle. C'est impératif. Cela signifie que vous ne pouvez exercer aucune pression sur la zone ni en position couchée, ni en position assise, soit aucune autre pression sur la zone pour quelque raison que ce soit ; ne pas travailler, ne pas aller à l’école, ne pas se divertir, limiter l’hygiène personnelle ou toute autre activité. Vous devrez modifier votre emploi du temps habituel. Si vous choisissez de vous lever pendant seulement cinq minutes pour vous brosser les dents, vous pouvez annuler tous vos efforts pour rester à l’écart de la zone. Souvent, si le changement de pigment a été trouvé tôt, ce ne sera qu’une question d’heures jusqu’à ce que la zone revienne à votre couleur normale. Plus vous retardez le moment où vous alléger la pression, plus il faudra de temps pour que la pigmentation revienne à la normale.

Les blessures ouvertes nécessiteront un pansement stérile pour fournir la protection que la peau fournirait naturellement ainsi qu'un isolement de la zone. Le nettoyage doit être fait avec une solution nettoyante prescrite ou de l’eau propre. Le peroxyde d’hydrogène n’est PAS recommandé car il empêche la granulation (formation de nouvelles cellules) de la blessure. Certaines blessures nécessiteront une irrigation pour nettoyer tous les coins de la blessure. L’irrigation peut être complétée par une seringue à bulbe ou un dispositif d’irrigation à basse pression. Les médicaments peuvent être appliqués à une blessure ouverte selon les instructions de votre prestataire de soins.

Laisser une escarre fermée peut permettre d'empêcher les bactéries d’entrer dans le site de la blessure pendant qu’elle guérit. Certaines escarres se débrideront spontanément en utilisant le propre système immunitaire du corps sous un pansement hermétique. Des enzymes peuvent être utilisées à chaque changement de pansement pour un léger débridement des plaies.

D’autres fois, une intervention plus importante de débridement des plaies sera nécessaire. Cela ne devrait être effectué que par votre professionnel de la santé. Dans le processus de débridement des plaies, un scalpel ou un produit chimique est utilisé pour éliminer l’escarre, le tissu nécrosé ou le tissu sans circulation. Un débridement aigu (au scalpel) peut être effectué dans le bureau du prestataire de soins avec une anesthésie locale de la zone ou en salle d’opération avec anesthésie générale ou locale. La thérapie par les larves a également permis de nettoyer des escarres.

Les escarres qui sont ouvertes nécessitent généralement un pansement léger pour une bonne guérison. Les escarres doivent être guéries à partir du fond de la blessure, la fermeture de la peau étant la dernière étape (le travail de la peau étant de se fermer pour protéger le corps). Cependant, si la peau se ferme trop tôt et que la couche de la blessure n’a pas encore guérie, une poche peut se former qui peut rouvrir ou devenir une nouvelle infection à soigner. Au fur et à mesure que la couche de tissu guérit, le pansement diminue. S’il y a des sillons dans la blessure, le pansement doit être placé dans les sillons pour la guérison. Parfois, le pansement peut contenir des médicaments ou est placé humide dans la blessure. Quand il sèche, le matériau est retiré, ce qui peut permettre un débridement supplémentaire de la plaie.

Certaines blessures nécessitent une thérapie des plaies par pression ngative (TPN). Il s’agit d’un appareil qui ajoute une aspiration à basse pression à la blessure et permet un écoulement. Il est muni d'un bloc d’alimentation motorisé qui peut être placé au chevet du patient ou sur le fauteuil roulant. Une autorisation spéciale de l’assurance-maladie est nécessaire pour ce traitement.

La stimulation électrique peut aider à la guérison des escarres de stade III ou IV. La stimulation électrique peut aider à augmenter le flux sanguin dans les capillaires sanguins, et permettre l’oxygénation et la granulation des tissus.

L’oxygène hyperbare est un traitement parfois offert pour les escarres. Tout votre corps ou une partie du corps qui a une escarre est placé dans une chambre qui fournit 100% d’oxygène sous une certaine pression. On pense que l’oxygène accélère la guérison.

Les fermetures chirurgicales sont effectuées pour certaines escarres de stade III ou IV. Avant la chirurgie, il convient de corriger un mauvais état nutritionnel ou de se débarrasser d'une infection. La chirurgie enlève la zone de l’escarre qui ne cicatrise pas et peut inclure la réduction de la proéminence osseuse. Un lambeau de muscle sain est dirigé sur la zone de blessure pour amortir les chocs et augmenter la circulation sanguine. La peau est fermée en faisant pivoter une peau saine sur le site chirurgical. Un contrat est généralement signé par le patient par lequel il s’engage à rester au lit, et à ne pas toucher la zone chirurgicale pendant six mois à un an pour que la zone chirurgicale guérisse. Ensuite, les temps d’assise progressifs sont autorisés avec une position assise pendant cinq minutes, suivie d'une évaluation de la zone, et assortie d'une interdiction d'appliquer de la pression pendant plusieurs heures ; à répéter ainsi de suite. C’est un processus très lent qui nécessitera que vous fassiez preuve d'une grande volonté pour réussir.

Septicémie Les lésions de pression qui sont infectées soit dans le tissu, dans l’os ou les deux peuvent devenir septiques. Une septicémie est une infection qui se propage dans tout votre corps et touche les principaux organes. La septicémie peut être mortelle si elle n’est pas traitée rapidement. La septicémie est une situation d’urgence. Les symptômes de la septicémie comprennent :

Certains ou tous les symptômes suivants peuvent être présents :

  • Présence d’une infection ou possibilité d’une infection
  • Température élevée, supérieure à 38,30°C ou 101,30°F
  • Fréquence cardiaque rapide, supérieure à 90 battements par minute
  • Fréquence respiratoire rapide, supérieure à 20 respirations par minute

Autres symptômes qui peuvent se présenter :

  • Confusion ou coma
  • Œdème en particulier dans les extrémités, le cou ou le visage
  • Glycémie élevée sans diabète
  • Température inférieure à 36°C ou 97°F

Les traitements obsolètes pour les escarres abondent. Vous pouvez trouver quelqu’un qui les recommande, mais ces traitements ont été réfutés. Les traitements suivants ne sont plus utilisés aujourd’hui.

Massage pour stimuler la circulation sanguine. Mauvais. Le massage d'une escarre ajoute plus de pression causant d’autres dommages ou contrecarrant vos efforts de guérison. Certaines personnes ajoutent l’utilisation d’alcool pour stimuler la circulation sanguine pendant le massage. Voilà qui ajoute également de la pression. Le frottement avec de l’alcool ne fait rien pour améliorer la circulation sanguine.

Coussins en forme d’anneau. Mauvais. L’anneau forme une zone de constriction autour de l’escarre ce qui diminue le flux sanguin vers la zone touchée.

Le miel a été utilisé de temps en temps avec l’idée que la teneur en sucre aide à la guérison des escarres. Il existe des preuves que cela a effectivement un effet positif, mais il doit s’agir de miel de qualité médicale, et non celui provenant de la ruche de votre voisin. Il est également appliqué sur l’escarre, et non pas mangé pour ses effets curatifs.

L’amputation n’est pas un traitement pour les escarres. Une exception pourrait être une infection sceptique dans l’os qui se propage à tout le corps. Éliminer une escarre peut prendre beaucoup de temps, mais c’est possible. Le plus souvent, ce n’est pas une blessure qui nécessite une amputation.

Prendre soin de votre peau après une lésion de la moelle épinière

Mettre des alarmes Une alarme pour vous rappeler de soulager la pression est un outil précieux pour vous tenir à un régime de soulagement de la pression. Des indices peuvent être obtenus à partir de dispositifs d'alarmes tels que les applications sur téléphones portables, ou sur des montres connectées. Des rappels déclenchés par votre environnement peuvent également être utilisés, comme, par exemple, en effectuant un soulagement de pression à chaque cycle de publicités télévisées ou quand votre horloge sonne toutes les heures.

Se laver les mains Garder vos mains propres aide à réduire la propagation des infections à vous-même et aux autres. Lavez-vous les mains fréquemment avec de l’eau tiède et du savon, en frictionnant vos mains, pendant 20 secondes ou le temps nécessaire pour chanter 'Joyeux anniversaire' ou réciter deux fois l’alphabet. Au cours d'une journée, vos mains touchent de nombreux objets et elles peuvent récupérer des germes qui vont ensuite se propager dans votre corps quand vous touchez votre visage ou quand vous placez un cathéter. Il convient de se laver les mains avant et après avoir effectué des tâches d’hygiène personnelle.

Hydratation S’hydrater aide à ce que le corps continue à bien fonctionner. Cela inclut aussi l’humidification de la peau. En raison de la perte de collagène après une lésion de la moelle épinière, boire et s’humidifier peut aider à hydrater votre corps, notamment en gardant votre peau humide de l’intérieur. Il est possible que vous ayez des limites pour les quantités d'eau à consommer à cause d’un programme intermittent de cathétérisme urinaire, à cause de problèmes cardiaques ou à cause de certains types d’œdème. La meilleure boisson pour l’hydratation est l’eau. L’eau est utilisée dans tout le corps. Les autres liquides doivent être consommés avec modération. L’alcool déshydrate le corps en laissant moins de liquide pour les cellules de votre peau. Les boissons sucrées et salées fournissent une quantité excessive de sucre ou de sel qui modifie la capacité des cellules du corps à se métaboliser. Vérifiez sur les étiquettes la teneur en sucre et la teneur en sel des boissons avant de les consommer.

Hygiène Garder son corps propre empêche les bactéries et les virus de s’accumuler à la surface de la peau et réduit la possibilité que le corps soit infecté par des germes. Lavez votre corps avec de l’eau tiède et un savon doux. Rincez-vous abondamment. La friction de votre corps lors de la toilette aidera à éliminer les germes, stimulera la circulation et aidera aussi à éliminer les vieilles cellules de la peau.

Il convient de se laver d’abord du haut vers le bas ou de commencer par le visage puis de descendre le long de votre corps. Les organes génitaux suivis du pli fessier sont nettoyés en dernier. Une lotion émolliente peut hydrater l’extérieur de votre peau. Il existe de nombreux produits qui peuvent être utilisés pour le bain. Certaines personnes auront besoin d’un savon plus doux, d’autres pourraient préférer des savons plus forts ou anti-bactériens. Certains produits peuvent être irritants pour certaines personnes. Méfiez-vous des produits nouveaux, en particulier de ceux qui peuvent provoquer une éruption cutanée sur la peau.

Hydrater le corps L'utilisation d’une lotion émolliente pour votre peau peut permettre de procurer de l’humidité extérieure pour votre corps.

Durillons Les accumulations de peau morte et sèche apparaissent généralement là où la peau est très utilisée. Cette peau peut s’accumuler quand elle n’est pas exfoliée par vos chaussures pendant la marche. Cette peau peut s’accumuler sur les mains à cause d’une sollicitation excessive des mains lors de la mise en mouvement du fauteuil roulant, ou à cause d’une attelle ou d’un corset frottant sur la peau. Le durillon devient sec et se fissure avec le temps, ce qui permet aux bactéries d’entrer. L’élimination des durillons doit être faite très soigneusement. Soignez un durillon très lentement en trempant la zone avec de l’eau, puis en « tamponnant » la zone avec une serviette ou un gant de toilette. Ne soignez jamais un durillon rapidement ou avec un objet pointu, car la peau sous le durillon est devenue molle et s’ouvrira facilement. Si le durillon est étendu et épais, vous devez discuter du traitement avec un podologue.

Arrêtez de fumer La nicotine et d’autres substances, qui se trouvent dans les cigarettes, les cigarettes électroniques, les cigares, les pipes, les vapoteuses et autres moyens d’inhalation, se fixe aux globules rouges prenant la place de l’oxygène. Quand on inhale de la nicotine ou ces autres substances, on prive son corps de l’oxygène dont il a besoin pour fonctionner. Cela vaut pour la peau. Discutez des traitements pour arrêter de fumer avec votre professionnel de la santé. Si vous avez déjà essayé, réessayez. Il est possible de réussir.

Alimentation Une alimentation saine et équilibrée est impérative pour prendre soin de son corps, y compris de la peau. Les calories (ou l’énergie), les protéines, les oligoéléments (zinc, vitamine C, vitamine A et fer) et les liquides sont particulièrement nécessaires pour entretenir la peau et soigner les escarres. Les besoin en calories ont probablement changé après une lésion de la moelle épinière, ce qui peut se traduire par moins de besoins en calories en raison de l’absence de mouvements du corps et d’une diminution du transit intestinal, ou par une augmentation des besoins en calories due à la spasticité. Des compléments nutritionnels peuvent être nécessaires pour soigner une escarre. Les protéines sont nécessaires pour construire les muscles et pour le fonctionnement du corps. Les oligoéléments aident le corps à bien fonctionner. Chaque personne aura des besoins individuels et uniques, donc la consultation avec un diététicien est nécessaire. Un bilan nutritionnel peut vous aider à déterminer vos besoins spécifiques. Obtenez des conseils basés sur la composition de votre corps et sur des tests sanguins afin d'éviter une surmédication.

Contrôle du poids Contrôler son poids peut être difficile après une lésion de la moelle épinière. Certaines personnes ont besoin de calories supplémentaires et d’autres de moins de calories. Être trop mince peut augmenter le risque d’escarre car vos muscles peuvent ne pas être assez charnus pour disperser la pression de l’intérieur du corps, même si vous utilisez des surfaces réduisant la pression. Pour d'autres le surpoids pourrait exercer de la pression sur leur graisse corporelle ce qui concentre la pression au lieu de la disperser. Les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière peuvent interpréter leur « bedaine » comme de la graisse alors qu’elle résulte du relâchement des muscles abdominaux.

Les exercices physiques Il faut bouger les parties de votre corps en dessous du niveau de la lésion de la moelle épinière en plus des parties du corps au-dessus de la lésion de la moelle épinière. Pour être sûr que toutes les parties du corps sont en mouvement, augmentez doucement les exercices de mouvement. Cela stimule le flux sanguin qui aide à nourrir la peau, crée une dispersion de pression et améliore les fonctions globales du corps. Si vous ne pouvez pas bouger votre corps, demandez à un soignant de le déplacer pour vous. Si vous choisissez de vous impliquer dans des exercices plus agressifs, remarquez si toutes les parties du corps sont engagées. Sinon, ajoutez-les à votre programme d’exercices physiques.

S'examiner Inspectez toutes les parties du corps au moins deux fois par jour (après une nuit au lit et après être resté assis toute une journée). L’examen de la peau devrait être effectué plus fréquemment si vous avez un changement dans votre état de santé ou si vous utilisez de nouveaux équipements ou appareils. Si vous ne pouvez pas voir les zones de votre corps, utilisez un miroir à long manche ou utilisez votre téléphone pour prendre une photo confidentielle. Surveillez tout changement de pigment qui pourrait indiquer la formation d’une blessure de pression ou des changements dans votre peau qui pourraient être une éruption cutanée, un changement d’oxygénation (comme un ton bleuté aux doigts, aux orteils ou aux lèvres) ou d’autres changements cutanés. C’est une tâche dont vous, en tant que propriétaire de votre peau, êtes responsable. Les aides-soignants changent ou tombent malades. Il est essentiel que vous sachiez tout ce qui se passe dans et sur votre propre corps.

Surfaces de réduction de pression Assurez-vous d’utiliser des surfaces de lit et d’assise qui offrent une protection à tout votre corps (y compris votre tête) partout où la sensation est diminuée. Les surfaces sont de nombreux types, mais l’objectif est qu’elles dispersent la pression au lieu de la concentrer.

Il existe de nombreux types de surfaces qui sont utilisés pour différentes circonstances. Les surfaces de support de lit font généralement toute la longueur du corps, mais le support dans la zone de la tête est omis. Au lieu de cela, des oreillers ou d’autres surfaces réduisant la pression sont utilisés sous la tête parce que généralement les personnes ont des sensations dans cette zone. Les sièges peuvent inclure une surface pour s’asseoir et une pour le dos en fonction du niveau de lésion. Les appuie-têtes, les accoudoirs et les repose-jambes peuvent être sélectionnés au besoin.

Le matériau de réduction et de dispersion de pression peut être fait de mousse de qualité médicale (pas la mousse qu'on trouve en magasin car elle ne disperse pas la pression) ou de gel. Il peut être rempli d’air, rempli de liquide, alvéolé ou avec une chambre-à-air afin que l’air circule d’un endroit à l’autre dans l’appareil, ce qui atténue la pression sous les protubérances osseuses. Les appareils mécaniques qui changent automatiquement la pression pour vous entrent également dans cette catégorie. La sélection des surfaces de réduction de pression doit être faite avec l’avis de votre professionnel de la santé et de votre thérapeute afin de sélectionner la meilleure surface pour vous.

Notez que cet équipement est appelé équipement de « réduction » de la pression et non d'élimination de la pression. Il n’y a pas d’appareil qui élimine toute la pression. Des soulagements de pression doivent encore être effectués.

Les oreillers et la mousse artisanale compriment et augmentent la pression. Ils sont utiles pour maintenir votre corps en position, mais ajoutent de la pression sous les surfaces osseuses. Il ne devrait y avoir rien d’autre que vos vêtements entre votre corps et l’équipement de réduction de pression.

Cartographie de la pression L'efficacité de la surface de réduction de pression sur votre corps peut être mesurée et vue par un appareil de cartographie de la pression. La partie à évaluer est la couche entre le corps et la surface de réduction de pression. Une image montre la pression exercée sur vos proéminences osseuses quand l'équipement de réduction de pression est utilisé. Une couleur bleue ou verte est bonne, tandis que la couleur rouge ou orange indique que la pression n’est pas suffisamment dispersée. Cette couche est uniquement utilisée pour vérifier l'état de votre équipement actuel ou de nouveaux appareils et n’a pas d’usage quotidien.

Soulagements de la pression Pour éviter les escarres, vous devez effectuer des soulagements de pression toutes les 10 à 15 minutes pendant 60 secondes lorsque que vous êtes éveillé. Il s’agit notamment de tenir votre corps hors de la surface assise, de vous pencher d’un côté à l’autre, d’avant en arrière ou d’utiliser la fonction d’inclinaison de votre fauteuil électrique. Cela permet à la circulation de se faire sans interruption par la pression. Au lit, il est nécessaire de tourner toutes les deux heures ou moins. S’il y a une escarre comme en témoigne un changement de pigmentation de la peau, il faut éviter cette zone jusqu’à ce la pigmentation de la peau soit redevenue normale.

Positionnement Maintenir l’alignement du corps est clé pour garder votre corps le plus fonctionnel possible. Il s’agit de positionner le corps tel qu’il serait dans un état anatomique naturel. Non seulement cela aide à la respiration, à la digestion et à la circulation sanguine, mais peut également aider à prévenir les escarres. Un bon positionnement est une façon naturelle pour garder le corps en bonne santé. Il faut placer le corps dans son état le plus fonctionnel. Un positionnement soigneux doit être maintenu en position assise ou couchée.

Cisaillement Déplacez-vous en soulevant le corps au lieu de le traîner sur les surfaces. Cela élimine le cisaillement ou la séparation de l’épiderme du derme. Le cisaillement peut être une zone rougie ou bien l'épiderme peut être séparé en créant une zone ouverte sur votre peau. Une zone ouverte même uniquement dans la couche supérieure de la peau peut permettre aux bactéries d’infecter le corps. Cela peut également déclencher une réponse à la douleur ou une dysréflexie autonome (MA).

Plis Assurez-vous que toute la surface faisant pression sur votre corps est exempte de plis. Les vêtements, l’équipement d’assistance à la fonction urinaire, les appareils adaptatifs ou d’autres obstructions peuvent exercer une pression sur votre peau, qu’il y ait une proéminence osseuse ou non. Les draps et les vêtements lisses et soyeux gardent votre peau en sécurité.

Douceur Certaines personnes deviennent brutales dans le traitement de leur corps, principalement en raison d'un manque de sensation. Nous nous précipitons et nous jetons des parties de notre corps au lit ou sur une chaise par habitude. Il faut rester prudent avec son corps. Faire les choses en douceur peut éviter de nombreux problèmes de déchirures cutanées, de cisaillement, d'ecchymoses, de lésions de pression, de fractures et de thrombose veineuse. Vous avez peut-être une sensation réduite, mais votre corps réagit toujours aux blessures et à la douleur d’une manière ou d’une autre.

Les centres de soins des plaies sont composés d’experts du soin des escarres. Si vous êtes préoccupé par une escarre, assurez-vous de consulter les experts d’un centre de soins des plaies afin que vous receviez les traitements les plus pointus disponibles pour votre blessure.

Rétablissement après une escarre

La zone d’une escarre après guérison est très fragile. La peau a une élasticité naturelle. La peau a peu de marge à offrir pour s'accommoder à la pression et au mouvement. La peau d’une escarre après guérison est essentiellement une cicatrice qui n’a pas d’élasticité. Même si une escarre a été fermée chirurgicalement, cette peau n’est pas habituée à la pression. Une escarre a plus de probabilité de se reformer sur une peau guérie ou réparée.

Une fois qu’une escarre est guérie, c'est le début de l'apprentissage de la tolérance à la pression. On commence par s’allonger ou s’asseoir sur la zone pendant un maximum de 5 minutes, puis on retourne dans une position qui évite toute pression sur la zone pendant au moins deux heures. S’il n’y a pas de changement dans la pigmentation, la durée de la pression sur la zone est progressivement augmentée. Après chaque séance de pression un examen de changement de pigmentation doit être effectué. Le processus se poursuit jusqu’à ce que votre temps de pression normal soit atteint. Les soulagements de pression doivent être effectués pour s’adapter à la pression, même si vous utilisez un équipement de dispersion de pression.

Parce que la peau sur l’escarre a moins d’élasticité, la zone sera plus sensible aux futurs ulcères. Il faut rester vigilant et continuellement surveiller la zone.

Rétablissement

La surveillance continue de toute la peau doit être maintenue en raison de la diminution de la sensation après une lésion de la moelle épinière. Garder sa peau en bonne santé est nécessaire pour une vie saine. Les personnes impliquées dans les soins aux personnes comprennent :

Physiatre Le responsable médical de votre équipe. Ce médecin spécialisé en médecine physique et en rééducation dirige les soins nécessaires à votre situation médicale. Il peut assurer les soins de votre escarre ou consulter d’autres professionnels.

Médecin de soins des plaies ou chirurgien plasticien Le médecin de soins des plaies et le chirurgien plasticien sont des professionnels de la santé spécialisés dans les soins des escarres. Cela ne signifie pas que vous aurez besoin d’une intervention chirurgicale, mais ce médecin spécialiste vous prescrira le traitement nécessaire pour guérir votre blessure.

Infirmière en soins des plaies Une infirmière qualifiée ayant reçu une formation spéciale vous fournira le traitement et les changements de pansement nécessaires pour guérir votre blessure. Cette personne observera votre escarre pour vérifier qu'il y a une amélioration et elle agira si la guérison est retardée. Elle vous apprendra également, à vous ou à un soignant, à changer le pansement à la maison. Elle évaluera votre équipement pour s'assurer de la dispersion de la pression.

Physiothérapeute Dans certaines régions du pays, les physiothérapeutes ont assuré les soins des escarres. Le physiothérapeute peut assurer le traitement de votre blessure ainsi que commander de l’équipement et vous enseigner des techniques de mouvement pour éviter d’autres blessures.

Infirmière chargée des dossiers et mandatée par la compagnie d’assurance Votre assurance-maladie fournira les services d'une infirmière pour vous aider avec les soins de vos escarres. Il s’agit de la même personne désignée par votre assurance-maladie pour vos soins de lésion de la moelle épinière. Elle travaillera avec vous pour obtenir l’équipement et les traitements nécessaires à la résolution de votre escarre.

Diététicien Après une lésion de la moelle épinière, le diététicien vous aide à connaître les besoins nutritionnels de votre corps. Le diététicien peut vous aider à comprendre l’apport calorique dont vous aurez besoin ainsi que les types d’aliments à consommer pour guérir votre escarre.

Psychologue Avoir une escarre à long terme affecte votre vie de plusieurs façons. Le psychologue vous aidera à développer des stratégies pour faire face à un problème chronique.

Conseiller professionnel Des changements dans votre vie professionnelle peuvent être nécessaires pour une durée indéterminée, surtout si vous êtes alité à la maison. Le conseiller d’orientation professionnelle peut travailler avec votre employeur pour s’assurer que votre emploi se poursuit ou vous aider à développer de nouvelles compétences.

Des directives de pratique clinique sont disponibles pour les normes de traitement des escarres :

Consortium pour la médecine de la moelle épinière, 2014. Prévention et traitement des escarres après une lésion de la moelle épinière : un guide pratique clinique pour les professionnels de la santé, 2ème édition, Anciens Combattants Américains Paralysés. Disponible gratuitement sur le site : www.pva.org

AWHONN. Nouveau guide pratique fondée sur des données probantes pour les soins néonataux de la peau. Infirmières pour la santé des femmes, volume 17, numéro 6, décembre 2013-janvier 2014, pages 545-546. Disponible à l’achat : https://apps.nann.org/store/product-details?productId=59314045

La directive internationale 2019, Prévention et traitement des escarres : Directives de pratique clinique. Disponible à l’achat : https://guidelinesales.com/store/viewproduct.aspx?id=15036786

Des informations gratuites sur le soin des escarres et sur l’entretien de l’équipement sont disponibles auprès du Comité consultatif national sur les escarres : https://npiap.com/page/FreeMaterials

Des preuves du traitement des lésions de pression de la moelle épinière sont disponibles grâce au projet SCIRE: http://scireproject.com/wp-content/uploads/pressure_ulcers.pdf

Recherche

La recherche sur les lésions cutanées et les escarres est vaste. Les problèmes de peau font l’objet de recherches dans les domaines de la physiologie (fonctionnement de la peau) ainsi que des maladies de la peau (telles que les éruptions cutanées) et de la guérison de la peau. La peau artificielle présente un intérêt pour les grands ulcères ouverts qui peuvent être couverts pour favoriser la guérison et remplacer la barrière naturelle de la peau contre l’infection. Ceci est particulièrement important dans le traitement des brûlures et des blessures de type escarre. La recherche sur la peau est naturellement importante en laboratoire et dans des contextes cliniques tels que la dermatologie, la chirurgie plastique et reconstructive, la rééducation physique, les soins infirmiers et la physiothérapie, entre autres.

Les escarres sont un domaine de recherche important. Les stratégies et techniques de prévention, y compris l’alimentation, l’hydratation, les soulagements de pression, l’équipement de dispersion de la pression et de l’amélioration du flux sanguin sont clés pour éviter les escarres. Les directives pour chaque stade des escarres ont récemment été révisées en fonction des données scientifiques actuelles (recherche). Les traitements de guérison des blessures sont envisagés et révisés à mesure que les soins de santé progressent.

La recherche spécifique sur le traitement des escarres comprend la thérapie du facteur de croissance des cytokines (par exemple, le facteur de croissance dérivé des plaquettes humaines recombinantes [rhPDGF], le facteur de croissance des fibroblastes de base), les thérapies cellulaires (plasma riche en plaquettes, administration de cellules souches autologues) et les améliorations de la technologie de surface de dispersion de la pression (par exemple, la technologie d’immersion dans les fluides).

Des stratégies éducatives pour les individus, les familles, les infirmières et les autres professionnels de la santé ont fait l’objet de recherches afin de définir les meilleures pratiques. Différents éléments d’éducation pour le milieu communautaire sont mis en avant dans le milieu hospitalier des soins intensifs et en particulier dans le milieu hospitalier de la rééducation.

Pourtant, malgré toutes les recherches portant sur la physiologie, la prévention et le traitement des escarres, ils se produisent encore. Souvent, les blessures se produisent même avec les meilleurs soins. Réussir à atteindre la prévention totale tout en tenant compte des besoins humains et des problèmes mécaniques est en amélioration constante mais reste un objectif insaisissable. Parce que les problèmes de peau et les escarres sont communs à de nombreux problèmes de soins de santé, y compris les lésions de la moelle épinière, la recherche est répartie entre les différents professionnels de la santé.

Faits et chiffres sur les escarres

Aux États-Unis, l’Organisation participative pour la sécurité des patients constate que 2,5 millions de patients ont eu des escarres à l’hôpital (HAPU). Les escarres dues à un équipement représentent environ 30 % du nombre total des escarres.

L’incidence des escarres chez les personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière est de 25 à 66 %. Plus le niveau de blessure est élevé, plus l’incidence des escarres est élevée.

Dans le monde, 1 personne sur 5 souffrant d’une lésion de la moelle épinière développera une escarre.

Les zones les plus fréquemment touchées par les escarres sont le sacrum (sommet du pli fessier, hanches) et l’ischion (partie postérieure de l'os de l'articulation de la hanche).

Le coût d’une escarre d'épaisseur complète est estimé à 70.000 dollars, pour un total de 11 milliards de dollars par an.

Les escarres sont la deuxième cause de procès médicaux la plus importante par an, soit 17.000 cas.

60.000 décès par an sont directement liés aux escarres.

Ressources

Si vous cherchez plus d’informations sur les soins de la peau et les escarres ou si vous avez une question spécifique, nos spécialistes de l'information sur le sujet sont disponibles en semaine, du lundi au vendredi, au numéro +1-800-539-7309 (numéro aux États-Unis), de 9 h à 17 h (heure de l’Est aux États-Unis).

Vidéo : soins de la peau

Vidéo : dispersion de la pression

Voici quelques façons de bouger votre corps dans votre chaise pour laisser votre peau respirer et prévenir les escarres.

LECTURES COMPLÉMENTAIRES

Références

Alderden J, Rondinelli J, Pepper G, Cummins M, Whitney J. Facteurs de risque d’escarre chez les patients en soins intensifs : une revue systématique. Revue internationale d'études en sciences infirmières, Volume 71, juin 2017, pages 97-114. https://doi.org/10.1016/j.ijnurstu.2017.03.012

Bhutani S, Vishwanath G. Oxygène hyperbare et cicatrisation des plaies. Indian J Plast Surg. 2012;45(2):316-324. doi:10.4103/0970-0358.101309

Chen HL, Cai J-Y, Du L, Shen H-W, Yu H-R, Song Y-P, Zha ML. Incidence des escarres chez les personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière. Journal des soins infirmiers en plaies, stomies et continence : Mai/Juin 2020 - Volume 47 - Numéro 3 - p 215-223 doi: 10.1097/WON.00000000000000633

Cowan LJ, Ahn H, Flores M, Yarrow J, Barks LS, Garvan C, Weaver MT, Stechmiller J. Prévalence des escarres par niveau de paralysie chez les patients atteints de lésions de la moelle épinière en soins de longue durée. Avancées dans les soins de la peau et des plaies : Mars 2019 - Volume 32 - Numéro 3 - p 122-130 doi:0.1097/01.ASW.0000553109.70752.bf

Delparte, J.J., Flett, H.M., Scovil, C.Y. et coll. Développement de l'instrument de dépistage du risque d'apparition d'escarres des lésions de la moelle épinière (SCI-PreSORS) : un arbre décisionnel du risque de lésions de pression pour la rééducation des lésions de la moelle épinière. Moelle épinière (2020). https://doi.org/10.1038/s41393-020-0510-y

Edsberg LE, Black JM, Goldberg M, McNichol L, Moore L, Sieggreen M. Système révisé de classification de la pression, définit par le Comité consultatif national sur les escarres : système révisé de classification des lésions de pression. Journal des soins infirmiers en plaies, stomies et continence : 2016;43(6):585-597. doi:10.1097/WON.000000000000000281

Fiordelli M, Zanini C, Amann J, Scheel-Sailer A, Brach M, Stucki G, Rubinelli S. Sélection de contenu fondé sur des données scientifiques à inclure dans des applications d’autogestion pour les escarres chez les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière : étude de conception participative. JMIR Mhealth Uhealth 2020;8( 5):e15818 DOI: 10.2196/15818 PMID: 32432559 PMCID: 7270844

Gour-Provencal G, Mac-Thiong J-M, Feldman DE, Bégin J, Richard-Denis A. Diminution des escarres et durée des soins intensifs chez les patients atteints d’une lésion traumatique aiguë de la moelle épinière. Le Journal de la médecine des lésions de la moelle épinière, 2020. DoI: 10.1080/10790268.2020.1718265

Grigorian A, Sugimoto M, Joe V, Schubl S, Lekawa M, Dolich M, Kuncir E,Barrios C, Nahmias J. Escarres chez les patients traumatisés: un niveau plus élevé de lésion de la moelle épinière entraîne un risque plus élevé. J Am Coll Clin Wound Spec. 2017; 9(1-3) : 24–31.e1. doi: 10.1016/j.jccw.2018.06.001 PMCID : PMC6304286 PMID : 30591898.

Harper AE, Terhorst L, Brienza D, Leland NE. (2020) Explorer la première escarre et les caractéristiques de l’accumulation d’escarres survenant après, suite à une lésion de la moelle épinière. Le Journal de la médecine de la moelle épinière, DOI: 10.1080/10790268.2020.1744871

Hogaboom NS, Worobey LA, Houlihan BV, Heinemann AW, Boninger ML. Les défaillances de fauteuil roulant sont associées à la douleur, aux escarres, à la ré-hospitalisation et à l'auto-évaluation de la santé chez les usagers de fauteuils roulants à temps plein souffrant de lésions de la moelle épinière. Archives de médecine physique et de rééducation Volume 99, Numéro 10, octobre 2018, Pages 1949-1956. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2018.04.002

Kloth, LC. Stimulation électrique pour la cicatrisation des plaies : Examen des preuves issues d’études in vitro, d’expériences sur des animaux et d’essais cliniques. Sage Publications, 2005, blessures des extrémités inférieures 4(1);2005 pp. 23-44, Sage Publications.

Kranke P, Bennett MH, Martyn-St James M, Schnabel A, Debus SE, Weibel S. Oxygénothérapie hyperbare pour les plaies chroniques. Base de données Cochrane des revues systématiques 2015, numéro 6. Art. N° : CD004123. DoI: 10.1002/14651858.CD004123.pub4

Kruger EA, Pires M, Ngann Y, Sterling M, Rubayi S. Gestion complète des escarres dans les lésions de la moelle épinière: concepts actuels et tendances futures. Le Journal de la médecine de la moelle épinière. 2013;36(6):572-585. doi:10.1179/2045772313Y.0000000093

Lemmer DP, Alvarado N, Henzel K, Richmond MA, McDaniel J, Graebert J, Schwartz K, Sun J, Bogie KM. Ce qui se trouve en dessous : pourquoi certaines escarres peuvent être inévitables pour les personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière. Archives de médecine physique et de rééducation, Volume 100, Numéro 6, juin 2019, Pages 1042-1049. https://doi.org/10.1016/j.apmr.2018.11.006

Levine SM, Sinno S, Levine JP, Saadeh PB. Une approche fondée sur des données scientifiques pour la prise en charge chirurgicale des escarres. Ann Plast Surg 2012;69:482–4. doi: 10.1097/SAP.0b013e31824b26bc.

Centre national pour la santé complémentaire et intégrée (NCCIH). Affections cutanées courantes en un coup d’œil. https://www.nccih.nih.gov/health/skin-conditions-at-a-glance

Posthauer ME, Banks M, Dorner B, Schols J. Le rôle de l’alimentation dans la gestion des escarres. progrès en matière de soin de la peau et des traitements des plaies: Avril 2015 - Volume 28 - Numéro 4 - p 175-188 doi: 10.1097/01.ASW.0000461911.31139.62

Scheel-Sailer, A., Wyss, A., Boldt, C. et al. Prévalence, emplacement, grade des escarres et association avec les caractéristiques spécifiques des patients chez les patients atteints de lésions de la moelle épinière adultes pendant le séjour à l’hôpital: une étude de cohorte prospective. Moelle épinère 51, 828-833 (2013). https://doi.org/10.1038/sc.2013.91

Schwartz K, Henzel MK, Richmond MA, Zindle JK, Seton JM, Lemmer DP, Alvarado N, Bogie KM. (2020) Biomarqueurs du risque de lésions de pression récurrentes chez les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière. Le Journal de la médecine de la moelle épinière, 43:5, 696-703, DOI: 10.1080/10790268.2019.1645406

Sherman RA, Wyle F, Vulpe M. Maggot Thérapie pour le traitement des escarres chez les patients atteints de lésions de la moelle épinière. Le Journal de la médecine de la moelle épinière, 18:2, 71-74, DOI: 10.1080/10790268.1995.11719382

Sun Y-S. Stimulation électrique pour la cicatrisation des plaies : simulation sur l’effet des configurations d’électrodes. Recherche internationale en biomédecine, vol. 2017, ID d’article 5289041, 9 pages, 2017. https://doi.org/10.1155/2017/5289041

Tasleem S, Naqvi SB, Khan SA, Hashimi K. 'Pommade au miel': un remède naturel contre les infections des plaies cutanées. J Ayub Med Coll Abbottabad. 2011;23(2):26-31. PMID: 24800336

Thakral G, LaFontaine J, Najafi B, Talal TK, Kim P, Lavery LA. Stimulation électrique pour accélérer la cicatrisation des plaies. Diabète, pied et cheville. 2013; 4: 10.3402/dfa.v4i0.22081. doi: 10.3402/dfa.v4i0.22081. PMCID: PMC3776323. PMID: 24049559

Ud-Din S, Bayat A. Stimulation électrique et cicatrisation des plaies cutanées : examen des preuves cliniques. Santé (Bâle). 2014 Déc; 2(4): 445–467. doi: 10.3390/healthcare2040445 PMCID : PMC4934569 PMID : 27429287

Vos-Draper TL, Morrow MMB. Prévention des escarres liées aux sièges dans les lésions de la moelle épinière : Examen des technologies compensatoires pour améliorer le comportement des mouvements dans le siège. Curr Phys Med Rehabil Rep. 2016;4(4):320-328. doi:10.1007/s40141-016-0140-7

Zanini, C., Lustenberger,N., Essig, S. et coll. Soins ambulatoires et communautaires pour la prévention des escarres dans les lésions de la moelle épinière. Une étude qualitative de l’expérience des usagers et des prestataires. Moelle épinière 58, 882-891 (2020). https://doi.org/10.1038/s41393-020-0444-4

Téléchargez le Guide des ressources pour la paralysie de la Fondation Reeve
Nous sommes là pour vous aider

Notre équipe de spécialistes de l'information est en mesure de répondre aux demandes et de fournir des informations dans plus de 170 langues.

Veuillez appeler le 800-539-7309

(Pour les appels internationaux, veuillez appelez le 973-467-8270)

Du lundi au vendredi de 09 h à 17 h ET ou envoyez votre question.